Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

L’AP-HM centre de référence pour les infections ostéo-articulaires

L'AP-HM a été désignée par le ministère de la santé comme centre de référence inter-régional pour la prise en charge des infections ostéo-articulaires complexes en partenariat avec les CHU de Nice, de Nimes et de Montpellier, vendredi 26 septembre 2008.

L’AP-HM a été désignée par le ministère de la santé comme centre de référence inter-régional pour la prise en charge des infections ostéo-articulaires complexes en partenariat avec les CHU de Nice, de Nimes et de Montpellier, vendredi 26 septembre 2008.

Le centre de référence couvrira l’interégion sud- Méditerranée (Languedoc – Roussillon, PACA et Corse) et sera coordonné par le Professeur Philippe BROUQUI, chef du service des maladies infectieuses et tropicales de l’hôpital Nord. Il aura des missions de coordination, de formation et de recherche mais aussi de prise en charge des patients présentant les infections les plus complexes.

Les infections ostéo-articulaires sont des infections graves au retentissement social important : elles sont en effet invalidantes du fait de leur tendance à la chronicité et aux difficultés d’un traitement complexe. Quelques exemples d’infections ostéo-articulaires : ostéites, ostéomyélites, ostéites infectieuses, spondylodiscites infectieuses, arthrites infectieuses suppurées ou septiques, arthrites bactériennes et infections ostéo-articulaires liées au diabète.

Cette labellisation témoigne de la reconnaissance de l’ensemble des compétences pluridisciplinaires hospitalières organisées autour d’équipes médicales et soignantes hautement spécialisées.
Jean-Claude Gaudin, président du Conseil d’Administration de l’AP-HM a tenu à exprimer personnellement ses sincères félicitations aux équipes médicales et soignantes qui représentent brillamment la communauté scientifique marseillaise.

L’AP-HM dispose déjà de 6 centres de référence pour les maladies rares. Ces centres concernent les maladies héréditaires du métabolisme, les anomalies du développement et syndrômes dysmorphiques, les hernies diaphragmatiques, les déficits hypophisaires, la thalassémie, et les maladies neuromusculaires et sclérose latérale amyotrophique

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.