Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

L’ARS Rhône-Alpes approuve la CHT Grenoble-Isère

Engagés dans une démarche de coopération depuis le 1er semestre 2010, le Centre hospitalier universitaire de Grenoble et les 6 centres hospitaliers d’Alpes-Isère, Voiron, Rives, Tullins, Saint-Geoire-en-Valdaine et Saint-Laurent-du-Pont ont acté officiellement leur partenariat en signant le 6 janvier la convention constitutive de la Communauté hospitalière de territoire Grenoble-Isère.

Engagés dans une démarche de coopération depuis le 1er semestre 2010, le Centre hospitalier universitaire de Grenoble et les 6 centres hospitaliers d’Alpes-Isère, Voiron, Rives, Tullins, Saint-Geoire-en-Valdaine et Saint-Laurent-du-Pont ont acté officiellement leur partenariat en signant le 6 janvier la convention constitutive de la Communauté hospitalière de territoire Grenoble-Isère.
Promue par la loi « Hôpital, patients, santé et territoires (HPST) » du 21 juillet 2009, la communauté hospitalière de territoire permet à plusieurs établissements publics de santé de coopérer sur la base d’un projet médical commun.

Le projet médical de la Communauté hospitalière de territoire

La Communauté hospitalière de territoire Grenoble-Isère prend appui sur de nombreuses coopérations existantes et anciennes entre établissements qui relèvent, soit d’une démarche de recomposition de l’offre de soins, soit d’une organisation de bassin.
Structuration de filières graduées : chirurgie, cancer, soins critiques (réanimations, surveillance continue), gériatrie, périnatalité, missions hospitalo-universitaires
Amélioration de l’accès aux soins
– Articulation et fluidité des parcours entre soins aigus et soins de suite et de rééducation 
– Sectorisation psychiatrique, psychiatrie de la personne âgée, urgences, détenus, précarité, addictologie ;
– Maladies Chroniques (néphrologie/dialyse, diabétologie) et programmes d’éducation thérapeutique
– Mutualisations : imagerie/télémédecine, biologie, permanence des soins hospitalière.
Articulation avec les soins primaires et développement du lien Ville-Hôpital : avis spécialisés, retour à domicile, réseaux, hospitalisation à domicile
– Création d’une plateforme d’information pour les médecins de ville (téléphone, internet) et les avis séniorisés ;
– Développement des équipes mobiles extrahospitalières (gériatrie, géronto-psychiatrie, troubles envahissants du développement), notamment en articulation au secteur médicosocial ;
– Participation au retour et au maintien au domicile en lien avec les réseaux de santé territoriaux fédérés au sein de la Maison des réseaux de santé Sud-Isère.
Couvrant le bassin de santé grenoblois (800 000 habitants), la CHT Grenoble-Isère, est la troisième approuvée en Rhône-Alpes, après celles de Villefranche-Tarare-Alix en janvier 2011, et Annecy-Rumilly-Saint-Julien-en-Genevois en juin 2011.
C’est la première à associer un CHU, un hôpital psychiatrique, et plusieurs centres hospitaliers, soit 7 établissements fondateurs.
Cette communauté hospitalière a vocation à accueillir dès que possible 2 établissements supplémentaires (le centre hospitalier de La Mure et le centre rhumatologique d’Uriage-les-Bains).
Contacts presse
ARS Rhône-AlpesAurélie Descours 04 27 86 57 85 aurelie.descours@ars.sante.fr
CHU Grenoble  Anne Decq-Garcia  04 76 76 50 98   directioncommunication@chu-grenoble.com

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.