Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Avec la création de l'Espace naissance au sein du pôle de Gynécologie-Obstrétrique du CHU de Hautepierre, le personnel hospitalier a voulu donner une dimension nouvelle à la qualité de l'accueil. Le Professeur Nisand et son équipe ont retenu un projet artistique et culturel comme moyen d'accompagner et de valoriser leur réflexion sur l'engagement qu'implique une naissance et sur sa traduction institutionnelle dans la prise en charge de la mère et du couple.

Avec la création de l’Espace naissance au sein du pôle de Gynécologie-Obstrétrique du CHU de Hautepierre, le personnel hospitalier a voulu donner une dimension nouvelle à la qualité de l’accueil. Le Professeur Nisand et son équipe ont retenu un projet artistique et culturel comme moyen d’accompagner et de valoriser leur réflexion sur l’engagement qu’implique une naissance et sur sa traduction institutionnelle dans la prise en charge de la mère et du couple.

Un premier partenariat avec le Fonds Régional d’Art Contemporain (FRAC) Alsace a donné lieu à la présentation d’oeuvres contemporaines dans le couloir des salles d’accouchements. A l’origine de ces expositions, un travail en prise directe avec la vie de l’établissement hospitalier : Le choix des oeuvres est le fruit de rencontres entre un des personnels du service de gynécologie obstétrique et des professionnels du FRAC. Parallèlement, des actions d’informations et de sensibilisations sont réalisées en direction des usagers -tout à la fois les personnels, les patients et les visiteurs – qui vivent au quotidien la présence de l’art.

Ce premier pas vers la création contemporaine a incité l’équipe soignante et médicale à s’engager davantage en faveur d’une présence artistique pérenne notamment dans un espace regroupant une salle à manger pour les patientes et deux pièces dédiées l’une au bain, l’autre à l’allaitement (anciennement trois anciennes chambres ou pouponnières). C’est l’artiste plasticienne Ilana Isehayek en collaboration avec l’atelier d’architecture strasbourgeois «fou du roi », qui a été choisie par le comité d’experts et le groupe de travail de la commande publique de la Délégation aux Arts Plastiques du Ministère de la Culture et de la Communication.

Leur intervention n’a rien d’anodin. Leur travail est déterminé par ce que ce que pourrait – ce que devrait – être une partition commune entre un bâtiment et une oeuvre d’art commanditée. Pour eux, un lieu qui remplit les fonctions de vivre, soigner, transmettre, partager, doit faciliter la relation entre la parturiente, sa famille et les professionnels hospitaliers. L’artiste a choisi de partir des thématiques qu’elle développe depuis plusieurs années et qui sont en résonance avec le service de gynécologie obstétrique : l’eau et l’arbre comme « source de vie ». L’un pousse, l’autre coule mais tous deux portent la mémoire. Ces mots trouvent leurs traductions dans les grandes oeuvres sérigraphiques sur verre qui prennent place dans l’espace de transmission ainsi que dans la salle à manger. Un anneau, symbole de l’engagement, de l’alliance et de la rencontre des communautés se déploie dans le couloir.

En dialogue avec le design de l’espace et du mobilier, l’intervention artistique permet ainsi de créer un espace traduisant, valorisant et légitimant une démarche professionnelle globale.

Aux côtés des Hôpitaux Universitaires de Strasbourg, les partenaires de ce projet dans la conception et la réalisation sont : le ministère de la culture et de la communication, la DRAC Alsace, la Communauté Urbaine de Strasbourg, le Département du Bas-Rhin, la Région Alsace, ainsi que de nombreux mécènes : les laboratoires Blédina, Exelgyn, Ferring, Guigoz, Organon, et l’entreprise GE Health – Technologies Ultrasound.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”