Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Le CHU de Nancy accueille les J.O. des enfants hospitalisés

Flamme, hymne, compétition, médailles : tous les symboles sont réunis pour les Jeux Olympiques des enfants hospitalisés qui allient sport et éducation à l'hôpital. La 4e édition de ces JO, inédite dans le milieu hospitalier français, se déroule au CHU de Nancy le 4 juin 2009. Le principe : les enfants se mesurent dans des épreuves sportives référencées par la Fédération Française Handisport et adaptées à leur âge, leur situation médicale et leurs capacités motrices. Transversalité à l'hôpital, ouverture vers la Ville et rayonnement européen caractérisent cette initiative originale.

Flamme, hymne, compétition, médailles : tous les symboles sont réunis pour les Jeux Olympiques des enfants hospitalisés qui allient sport et éducation à l’hôpital. La 4e édition de ces JO, inédite dans le milieu hospitalier français, se déroule au CHU de Nancy le 4 juin 2009. Le principe : les enfants se mesurent dans des épreuves sportives référencées par la Fédération Française Handisport et adaptées à leur âge, leur situation médicale et leurs capacités motrices. Transversalité à l’hôpital, ouverture vers la Ville et rayonnement européen caractérisent cette initiative originale.

4 disciplines sportives homologuées la flavinette (jeu de fléchettes pendulaires), le tobboganboccia (jeu de pétanque avec matériel de lancement), le basket-tirette (tir aux paniers) et le lasergame (tirs laser à la carabine). Organisés par l’APSEM (Association pour la Promotion du Sport chez l’Enfant Malade) en étroite collaboration avec les enseignants de l’École des Enfants Hospitalisés, l’équipe des éducateurs de l’hôpital d’Enfants et tous les services du CHU de Nancy impliqués dans le projet, les Jeux Olympiques des enfants hospitalisés :
– rompent l’isolement psycho socio pédagogique des enfants hospitalisés,
– leur permettent de « s’extraire » du cadre de la maladie ou du handicap,
– les valorisent vis-à-vis de leurs camarades, leur école, leur famille, le personnel soignant,
– les sensibilisent aux rencontres et à l’esprit d’équipe.

A l’origine de ces JO le programme SOCRATES de l’Union Européenne et le projet scolaire Comenius auxquels participent la Belgique (Bruxelles), la Slovénie (Ljubljana) et la France (Nancy). Un engagement réciproque qui vise à favoriser la coopération européenne entre des établissements accueillant des enfants et adolescents hospitalisés qui présentent tous des besoins éducatifs spécifiques.

Les expériences innovantes de Ljubljana autour de compétitions sportives pour les enfants hospitalisés et de Nancy avec l’APSEM qui développe la pratique d’activités physiques adaptées aux besoins et aux envies des enfants suivis pour des pathologies graves, ont nourri la réflexion depuis 2004 sur la création de ces JO qui ont vu leur première flamme s’embraser à Nancy en 2006.

Parrainée par des sportifs nationaux et régionaux et soutenue par le Comité Régional Handisport de Lorraine, la 4e édition des JO des enfants hospitalisés est marquée par l’ouverture de la compétition aux enfants de l’Etablissement Régional de l’Enseignement Adapté situé à Flavigny (Meurthe-et-Moselle).

En savoir plus
Aline Herbinet
Responsable des Activités physiques adaptées à l’hôpital d’Enfants du CHU de Nancy
APSEM (www.apsem.fr) – 03 83 15 45 79 – href= »mailto:alineherbinet@sfr.fr »

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”