Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Le CHU et l’Institut St Pierre main dans la main pour les enfants

Le 30 mars 2005, la signature d'une seconde convention entre le CHU de Montpellier et l'Institut Saint-Pierre de Palavas les Flots précise l'organisation de nouvelles filières pédiatriques : le CHU recentre son activité sur les phases aiguës et l'Institut Saint-Pierre sur la rééducation.

Le 30 mars 2005, la signature d’une seconde convention entre le CHU de Montpellier et l’Institut Saint-Pierre de Palavas les Flots précise l’organisation de nouvelles filières pédiatriques : le CHU recentre son activité sur les phases aiguës et l’Institut Saint-Pierre sur la rééducation.

Les deux établissements ont une histoire commune. Initiée depuis plusieurs décennies, leur collaboration se renforce par l’évolution des pathologies de l’enfant et de l’adolescent : asthme, obésité, diabète, surdité… et le développement de l’hospitalisation de courte durée. Cette entente s’impose aussi du fait de contraintes budgétaires de plus en plus lourdes. Il s’agit de combiner l’intérêt des patients avec les règles du nouveau système de financement (Tarification à l’Activité ou « T2A »). L’accord garantit le maintien de l’emploi à l’Institut Saint-Pierre et favorise l’équilibre économique des structures.

Un bénéfice pour les patients
Après une étude approfondie des flux de patients entre les différents services de pédiatrie, les médecins des deux structures ont établi de nouvelles filières de soins. Les jeunes malades bénéficient ainsi d’une continuité de prise en charge par des équipes médicales et paramédicales habituées à travailler ensemble – notamment grâce à l’organisation de staffs médicaux communs et de formations collectives et grâce à la mise en place de temps médicaux partagés entre les deux institutions. Les protocoles de soins seront partagés, les dossiers médicaux circuleront facilement, les examens et les analyses ne seront pas faits en double.
Le patient et sa famille identifieront clairement le rôle et les missions de chacun des établissements : l’urgence et l’aigu au CHU, les soins, la rééducation au long cours et la préparation au retour à domicile à l’Institut Saint-Pierre.
L’accord prévoit également le développement d’activités essentielles d’éducation pour la santé (asthme, alimentation).

Un bénéfice économique
Avec la mise en oeuvre en 2004 de la « T2A » (Tarification à l’Activité), l’Institut Saint-Pierre devait trouver le moyen de préserver la qualité des soins malgré un contexte économique difficile. La réponse a été de renforcer les liens avec le CHU de Montpellier pour toutes les activités communes, tout en laissant à l’Institut Saint-Pierre sa totale autonomie.
Sans cette convention, le CHU aurait regroupé l’ensemble de l’offre de soins pédiatriques. Une situation très préjudiciable pour les enfants, du fait de l’importante croissance démographique du département et de l’augmentation de certaines pathologies liées à l’obésité.

L’Institut Saint-Pierre
Situé au bord de la mer méditerranée, l’Institut Saint-Pierre bénéficie d’un cadre exceptionnel et d’une architecture audacieuse qui donne à ce lieu l’élégance d’un « hôtel thérapeutique ». Cet établissement de santé privé à but non lucratif est géré par une association, l’Oeuvre Montpelliéraine des Enfants à la Mer (OMEM). Il accueille des enfants et des adolescents en hospitalisation complète (111 lits), en hospitalisation de jour (54 places) et en consultation (6000 par an) dans trois domaines : la rééducation fonctionnelle (pathologies neuromusculaires, orthopédiques et traumatiques), l’audiophonologie (surdités profondes, implants cochléaires, troubles spécifiques du langage) et la pédiatrie spécialisée (diabète, mucoviscidose, asthme, épilepsies, cardiopathies, obésité).
250 personnes (médecins, kinésithérapeutes, orthophonistes, infirmiers, psychologues, etc…) travaillent à l’Institut Saint-Pierre.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”