Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Le Groupement d'Intérêt Public (GIP) Télémédecine de Picardie est la nouvelle structure juridique du réseau Télémédecine de Picardie* qui associe vingt-cinq établissements de santé (publics et privés). Ses 4 mots-clés sont : Ecoute, Fédération, Promotion et Ouverture.

Le Groupement d’Intérêt Public (GIP) Télémédecine de Picardie est la nouvelle structure juridique du réseau Télémédecine de Picardie* qui associe vingt-cinq établissements de santé (publics et privés). Ses 4 mots-clés sont : Ecoute, Fédération, Promotion et Ouverture.

Le GIP Télémédecine Picardie est né fin décembre 2002 sous l’impulsion de l’ARH, avec la volonté de rendre pleinement effectifs les outils de télémédecine. Une Assemblée Générale s’est réunie le 3 juin 2003 pour nommer son Conseil d’Administration et mettre en place un Comité Consultatif Médical et Scientifique. Le premier Conseil d’Administration du GIP a eu lieu le 8 septembre dernier.

La Télémédecine est l’ensemble des outils qui permettent d’améliorer la prise en charge d’un patient à distance et que l’on peut définir sommairement au travers de trois composantes : thérapeutique, documentaire et formation.

Le caractère thérapeutique se traduit par l’aide que peuvent apporter les moyens de communication performants entre praticiens, pour leur permettre d’échanger leurs avis à distance, sur la base de divers documents partagés en temps réel. Il s’agira en particulier d’images, à l’instar de ce qui se pratique avec succès en Neurochirurgie depuis plusieurs années sous l’impulsion du professeur Le Gars. L’expertise à distance sur des cas cliniques, telle qu’elle est pratiquée aujourd’hui sur la base d’images de scanners visualisées simultanément sur sites distants, permet en effet des échanges d’avis médicaux pour la meilleure prise en charge du patient (ces avis pouvant éviter des transferts inter-établissements).

Cette réalisation constitue un bon exemple de ce que l’apport des nouvelles technologies permet d’envisager : transferts plus rapides, de meilleure qualité, intégrant les images animées, exploitation plus étendue, plus ergonomique. Les champs d’applications sont potentiellement très vastes : transmissions d’électrocardiogrammes, d’électroencéphalogrammes, de dopplers, etc. On imagine facilement l’impact sur le suivi des patients à domicile, par exemple. Et on sait déjà qu’envisager des interventions chirurgicales télépilotées ne relève plus de la science-fiction !

La télémédecine constitue l’assise des réseaux de soins qui se mettent effectivement en place dans la Région Picardie.

Le service plus «documentaire» du réseau de télémédecine
En associant les nouvelles technologies de l’information et de la communication au savoir médical, on produit des savoirs plus facilement transmissibles. Ces informations sont mises à disposition des professionnels de santé mais aussi du grand public. Le site www.picardmed.com est un bon exemple. Les médecins peuvent y consulter des informations professionnelles (protocoles, cas cliniques). Quant au public, ce sont des conseils, des informations générales (de prévention, par exemple) qui y sont à sa disposition. Bien entendu, ce qui existe aujourd’hui ne constitue qu’une amorce de la richesse documentaire qu’il est envisageable de partager.

Les très vastes possibilités de formation.
La première illustration venant à l’esprit est le téléstaff médical. Pour ce faire, des moyens existent déjà, installés dans le cadre du Groupement Télémédecine initial : ce sont les structures de visio conférence en place dans de nombreux hôpitaux : il reste à les moderniser et, conjointement, à organiser leur utilisation.

Autre piste à exploiter en ce domaine : la formation en ligne sur Internet qui pourra être favorisée par le développement et la mise en oeuvre de didacticiels.

L’objectif de la télémédecine est donc de favoriser les échanges d’informations, sous toutes ses formes, non seulement entre les hôpitaux mais, plus largement entre tous les professionnels de santé et les patients.

La télémédecine peut-elle améliorer l’état de santé de la population ?
Le patient est le grand bénéficiaire d’une meilleure communication et coordination entre les professionnels de santé. Grâce au réseau de Télémédecine, il dispose également de conseils dispensés par des professionnels de santé.
La mise en oeuvre des activités de télématique de santé – c’est-à-dire des systèmes et services liés à la santé pratiquée à distance grâce à des technologies de l’information et de la communication- la création et la gestion d’équipements et de services d’intérêt collectif utiles à ces activités et à la recherche sont les principales vocations de ce GIP télémédecine. Son unique but étant bien sûr d’améliorer le service rendu au patient.

Les perspectives et projets du GIP Télémédecine de Picardie
Certaines activités télématiques doivent être améliorées ainsi la visioconférence est peu utilisée et le site picarmed est à réactiver.
Différents projets sont déjà lancés : un travail est en cours sur la définition d’un dossier médical régional partagé au niveau des services d’urgence, SAMU et SMUR ; d’autres projets plus ou moins avancés bénéficieront de la dynamique impulsée par le GIP (réseau Hépatite C, antiphospholipides, etc…).
Grâce à la création d’un Annuaire Santé Picardie, autre projet-clé du GIP, les échanges entre tous les partenaires seront réellement favorisés et leur confidentialité préservée. L’annuaire permettra de définir qui aura droit d’accéder à quoi.

Enfin, le GIP Télémédecine de Picardie s’attachera à aider, conseiller et animer les réseaux de soins qui en feront la demande.

* Le réseau Télémédecine de Picardie a été créé en 2000

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”