Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Le Pr Alim-Louis Benabid reçoit le prix Lasker pour ses travaux sur le Parkinson

Inventeur de la stimulation cérébrale profonde devenue le traitement de référence des formes avancées de la Maladie de Parkinson, le neurochirurgien français Alim-Louis Benabid a reçu le prix Lasker pour la recherche clinique, la version américaine des Nobel, lundi 8 septembre 2014.

Inventeur de la stimulation cérébrale profonde devenue le traitement de référence des formes avancées de la Maladie de Parkinson, le neurochirurgien français Alim-Louis Benabid a reçu le prix Lasker pour la recherche clinique, la version américaine des Nobel, lundi 8 septembre 2014. Président du Directoire du Centre de recherche biomédical français Clinatec à Grenoble, et membre de l’Académie des Sciences, le Pr Benabid partage ce prix avec Mahlon R. DeLong de l’Université d’Emory.

Mise au point en 1987 au CHU de Grenoble par le professeur Benabid du Service de Neurochirurgie, en collaboration avec les équipes de Neurologie et d’IRM, la Stimulation Cérebrale Profonde à Haute Fréquence (SHF), a amélioré la vie de 100 000 patients opérés dans le monde dont des milliers de personnes atteintes de la maladie de Parkinson, deuxième maladie neurodégénérative, après la maladie d’Alzheimer, et deuxième cause de handicap moteur, après les accidents vasculaires cérébraux.. . La stimulation cérébrale profonde est aujourd’hui appliquée à d’autres pathologies neurologiques : les dystonies, les épilepsies, les TOC et les migraines graves. Cette chirurgie consiste à implanter dans des noyaux gris centraux (Vim, GPi et surtout NST) des électrodes reliées à un stimulateur à 130 Hz, qui vont les inhiber et mimer les effets des coagulations stéréotaxiques, de manière chronique, réversible, adaptable, avec une faible morbidité.

Alim Benabid partage le prix de la Fondation Albert and Mary Lasker ( New York) avec Mahlon R. DeLong de l’Université d’Emory.

Félicitations présidentielles et ministérielles
Le président François Hollande a adressé ses plus vives félicitation à Alim-Louis Benabid, qui « honore la recherche médicale française ». Son invention a  « transformé le traitement de maladies neurologiques handicapantes ».  Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Education nationale, Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé et Geneviève Fioraso, secrétaire d’Etat à l’Enseignement supérieur et à la Recherche ont salué « la qualité exceptionnelle » de son travail.

La fierté du CHU de Grenoble

La Direction générale du CHU de Grenoble s’honore de ce titre. C’est à la fois un grand honneur pour l’équipe grenobloise de neurochirurgie et le CHU mais aussi pour la faculté de médecine et l’université, et bien au-delà, pour la renommée de la neurochirurgie française.
Le Pr Alim-Louis Benabid travaille actuellement au Clinatec, un laboratoire de recherche biomédicale développé par le CEA en partenariat avec l’université Joseph Fourier, l’Inserm et le CHU de Grenoble, et dédié aux applications des micro-nanotechnologies dans les maladies du cerveau. En 2004, les Victoires de la médecine avaient mis en lumière le chercheur  pour les avancées accomplies dans le traitement de la maladie de Parkinson.

En savoir plus sur
Le Prix Albert-Lasker pour la recherche médicale clinique décerné par la Fondation Albert and Mary Lasker à New York est l’un des quatre prix Lasker. Il récompense la « compréhension, le diagnostic, la prévention, le traitement, et guérison d’une maladie ». Ce prix est souvent considéré comme l’antichambre du Prix Nobel de physiologie ou médecine. Les 3 autres prix Lasker sont les prix pour la recherche médicale fondamentale, le bien public et le prix spécial.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”