Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Le Réseau Thématique de Recherche et de Soins est opérationnel

« CENTAURE », le Réseau Thématique de Recherche et de Soins dédié aux sciences de la transplantation entre dans sa phase opérationnelle. Le 27 août 2007, ses 7 fondateurs élisaient à l'unanimité le Professeur Jean-Michel DUBERNARD à la présidence du conseil d'administration. Le RTRS est porté par la Fondation de Coopération Scientifique CENTAURE dont le siège est à l'académie de Nantes.

« CENTAURE », le Réseau Thématique de Recherche et de Soins dédié aux sciences de la transplantation entre dans sa phase opérationnelle. Le 27 août 2007, ses 7 fondateurs élisaient à l’unanimité le Professeur Jean-Michel DUBERNARD à la présidence du conseil d’administration. Le RTRS est porté par la Fondation de Coopération Scientifique CENTAURE dont le siège est à l’académie de Nantes.

La fondation CENTAURE a pour ambition d’apporter les moyens permettant de favoriser le progrès médical dans le domaine de la transplantation.

De son côté le RTRS CENTAURE associe des équipes scientifiques et médicales du meilleur niveau, fédérées dans le cadre d’une stratégie partagée autour d’objectifs scientifiques et médicaux communs.

Le programme scientifique et la stratégie s’articulent autour de 6 axes prioritaires
• Etudier des mécanismes de la tolérance aux allogreffes dans des modèles expérimentaux et chez l’homme,
• Comprendre et dissection des causes de perte tardive du greffon,
• Structurer un pôle européen de référence dans le domaine de la greffe chez le sujet diabétique, incluant les double greffes rein/pancréas, la greffe de pancréas isolé et la greffe d’îlot de Langerhans,
• Dynamiser les collaborations avec la biotechnologie et l’industrie pharmaceutique au service des sciences de la transplantation,
• Développer la 1ère banque de données dédiée à la transplantation en Europe,
• lancer des programmes innovants, l’ambition étant de devenir le leader mondial dans le domaine de la greffe de tissu composite et de permettre ainsi à la France d’être parmi les premiers dans la mise en place clinique des xénogreffes, le développement des molécules immunosuppressives nouvelles et dans les programmes de médecines personnalisées.

Pour atteindre ces objectifs, la fondation engagera différentes mesures. Elle va notamment déployer des programmes de recherche innovants d’envergure internationale, accueillir des chercheurs de haut niveau, participer à des programmes de formation spécifiques, renforcer les infrastructures technologiques et des services communs, et organiser ou particper à des évènements scientifiques internationaux. Enfin, elle fera évoluer l’organisation afin de raccourcir les délais d’application des avancées de la recherche à la clinique.

Le capital initial de la fondation est composé d’une dotation de 5M€ de l’Etat et d’une dotation des fondateurs de 2,45M€.

Les 7 fondateurs de Centaure : l’université de Nantes, le Centre Hospitalier Universitaire de Nantes, l’Université Claude Bernard de Lyon, les Hospices Civils de Lyon, l’Université René Descartes de Paris V, l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris et l’INSERM)
Directeur de la fondation : Jean-Paul SOULILLOU

Contact
M. François GRIMONPREZ – 06.72.37.02.46
f.grimonprez@orange.fr

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”