Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Arrêt cardiaque : le SAMU 38 adopte SauvLife, l’appli citoyenne qui sauve des vies

Depuis la mi-janvier, les professionnels du SAMU 38, rattaché au CHU de Grenoble Alpes, utilisent SauvLife, une application pour smartphone conçue pour géolocaliser des citoyens sauveteurs capables de prodiguer les premiers gestes d'urgences à une personne en arrêt cardiaque. L'initiative lancée initialement à Lille, Paris et Lyon a déjà permis de sauver une quinzaine de vie. Cette technologie fait l’objet d’un programme de recherche sur l'amélioration de la régulation du massage cardiaque par les centres SAMU de dix départements: l'Étude Dispatch, coordonnée par le Pr Guillaume Debaty, responsable du SAMU 38.

Depuis la mi-janvier, les professionnels du SAMU 38, rattaché au CHU de Grenoble Alpes, utilisent SauvLife, une application pour smartphone conçue pour géolocaliser des citoyens sauveteurs capables de prodiguer les premiers gestes d’urgences à une personne en arrêt cardiaque. L’initiative lancée initialement à Lille, Paris et Lyon a déjà permis de sauver une quinzaine de vie. Cette technologie fait l’objet d’un programme de recherche sur l’amélioration de la régulation du massage cardiaque par les centres SAMU de dix départements: l’Étude Dispatch, coordonnée par le Pr Guillaume Debaty, responsable du SAMU 38.
Concrètement, les professionnels de la régulation du SAMU 38 disposent aujourd’hui d’un nouvel outil pour gagner des minutes précieuses en activant l’application pour smartphone Sauv Life mise à disposition par l’association portant le même nom.  Celle-ci permet de géolocaliser des citoyens sauveteurs ayant téléchargé l’application et de leur envoyer un message d’alerte pour leur indiquer qu’une personne à proximité –dans un périmètre de 10 minutes à pied- est victime d’un arrêt cardiaque.

Des gestes qui sauvent en attendant les secours

«Les personnes les plus proches de la victimes sont invités à se relayer sur le massage cardiaque alors que d’autres citoyens sauveteurs sont envoyés vers le défibrillateur le plus proche», témoigne le Docteur Lionel Lamhaut, président et co-fondateur de Sauv Life. 
D’abord lancée en région parisienne, l’application se déploie aujourd’hui partout en France, par étape, et après une phase de formation avec les régulateurs des centres 15. L’application a été lancée officiellement sur le territoire de l’Isère le 17 janvier 2019 et deux «déclenchements» Sauv Life ont déjà été réalisés. 

Objectif : faire bénéficier au plus vite d’un massage cardiaque

En Isère, environ 500 personnes sont victimes d’un arrêt cardiaque. Le taux de survie atteint tout juste les 10%. L’étude nationale Dispatch, menée conjointement dans dix départements français, vise à analyser l’utilisation de ce nouvel outil dans la prise en charge des patients victimes d’un arrêt cardiaque. «L’objectif est d’augmenter significativement le nombre de patients qui bénéficient d’un massage cardiaque (4/10 actuellement). L’étude est actuellement en cours et nous avons déjà pu observer que le patient à trois fois plus de chance de survie s’il a pu bénéficier d’un massage cardiaque avant l’arrivée de l’équipe de secours qui arrive en moyenne après 13 minutes. Nous espérons pouvoir sauver 40 à 50 personnes en plus en Isère», rapporte le Pr Debaty.    
«Le concept d’entraide et de solidarité véhiculé par cette application s’inscrit totalement dans notre société moderne en associant technologie et humanité. Il s’agit d’un bel exemple démontrant que chaque citoyen peut s’engager, facilement, au service du collectif», souligne Sandrine Brasselet, directrice du Pôle Urgences et Médecine aigüe au CHU Grenoble Alpes.

Chiffres clés SAMU 38 et urgences du CHUGA

En 2018, les professionnels du SAMU 38 ont pris en charge plus de 375 000 appels, soit plus de 1 020 appels par jour. Les équipes du SMUR ont réalisé plus de 7 000 interventions, tandis que le nombre de passages aux urgences a dépassé les 110 300.
Particulièrement sollicités en cette période hivernale «Hôpital en Tension», les équipes de la filière urgences œuvrent chaque jour à l’accueil et à la prise en charge, 24h/24 et 7jours/7 de tous les publics, avec un professionnalisme et une humanité qu’il convient de saluer. L’arrivée prochaine du Nouveau Plateau Technique avec l’hélistation sur le toit renforcera encore demain l’excellence d’une prise en charge rapide et efficace des patients dans cette filière spécifique.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.