Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Le toulousain Jean Dausset, prix Nobel de médecine honoré à l’hôpital Purpan

Désormais l’avenue principale du site hospitalier de Purpan et le hall d’accueil du nouvel hôpital Pierre-Paul Riquet porteront le nom du pionnier de l’immunologie des greffes : le Professeur Jean Dausset (1916-2009), prix Nobel de Médecine en 1980. Un hommage que la communauté hospitalo-universitaire toulousaine à voulu rendre à l'éminent découvreur du système HLA pour Human Leucocyte Antigens. La cérémonie chaleureuse et émouvante s'est déroulée le 29 octobre 2014

Désormais l’avenue principale du site hospitalier de Purpan et le hall d’accueil du nouvel hôpital Pierre-Paul Riquet porteront le nom du pionnier de l’immunologie des greffes : le Professeur Jean Dausset (1916-2009), prix Nobel de Médecine en 1980. Un hommage que la communauté hospitalo-universitaire toulousaine à voulu rendre à l’éminent découvreur du système HLA pour Human Leucocyte Antigens. La cérémonie chaleureuse et émouvante s’est déroulée le 29 octobre 2014 en présence de Madame Rose Dausset, son épouse, de sa fille et de ses nombreux élèves toulousains qui ont dévoilé une plaque commémorative.
Professeur au Collège de France, le Pr. Jean Dausset est né à Toulouse en 1916.  Il a reçu le prix Nobel de Médecine en 1980 pour sa découverte du système HLA, marqueurs du système immunitaire. Il a contribué à installer à l’hôpital Purpan un laboratoire d’histocompatibilité et d’immunologie ainsi qu’une unité de recherche de l’Inserm (U 100). Un progrès dans la prévention du rejet immunologique des greffes d’organes. Désormais les équipes prennent en compte la compatibilité tissulaire entre le donneur et le receveur.
En savoir plus sur
Le nouvel hôpital Pierre-Paul Riquet de 600 lits du CHU de Toulouse situé sur le site de Purpan à proximité immédiate de la ligne de Tramway T1, redessine  l’ensemble hospitalier. Il regroupe les spécialités du pôle Institut Locomoteur (chirurgie orthopédique et traumatologie, rhumatologie),  du pôle Neurosciences (neurologie, neurologie vasculaire, neurochirurgie) et le pôle céphalique (chirurgie maxillo-faciale, ORL, ophtalmologie).
Une unité pédiatrique neuro-céphalique de 25 lits permet d’organiser la prise en charge des enfants en matière de neurochirurgie, neurologie, ophtalmologie, chirurgie maxillo-faciale et d’ORL.
Au cœur de ce bâtiment, le plateau technique innovant est notamment composé d’un bloc opératoire de 25 salles d’opérations, d’un plateau mutualisé d’anesthésie-réanimation, et d’un vaste secteur d’imagerie.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.