Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Le vaisseau star war du CHU à l’assaut de l’anévrisme

Quittant l'image monoplan pour accéder à la troisième dimension rotationnelle, le CHU de Poitiers investit le monde futuriste de la radiologie interventionnelle avec l'acquisition d'une salle de haute technologie appelée « bi-plan capteurs-plans ». « La première en France et la cinquième en Europe » se réjouit Jean-Pierre Dewitte, Directeur Général. A la fois centre de radiologie vasculaire et bloc opératoire, le pôle imagerie marque une étape déterminante dans le traitement des accidents vasculaires cérébraux et témoigne d'une évolution profonde de la médecine de demain : « Le progrès, c'est la fusion entre la biologie et l'imagerie, entre la radiologie, la neurochirurgie et la chirurgie» commente le Dr Jacques Drouineau, thérapeute endovasculaire et coordonnateur du pôle imagerie. Ouverte en mai 2005, la salle de radiologie vasculaire est dédiée au diagnostic et à l'interventionnel des pathologies neurovasculaires et vasculaires. 80 patients poitevins souffrant d'anévrisme encéphaliques, d'hémorragie de la délivrance ou post-traumatique digestive ou encore de saignements du nez incoercibles... ont déjà bénéficié de cette technologie innovante.

Quittant l’image monoplan pour accéder à la troisième dimension rotationnelle, le CHU de Poitiers investit le monde futuriste de la radiologie interventionnelle avec l’acquisition d’une salle de haute technologie appelée « bi-plan capteurs-plans ». « La première en France et la cinquième en Europe » se réjouit Jean-Pierre Dewitte, Directeur Général. A la fois centre de radiologie vasculaire et bloc opératoire, le pôle imagerie marque une étape déterminante dans le traitement des accidents vasculaires cérébraux et témoigne d’une évolution profonde de la médecine de demain : « Le progrès, c’est la fusion entre la biologie et l’imagerie, entre la radiologie, la neurochirurgie et la chirurgie» commente le Dr Jacques Drouineau, thérapeute endovasculaire et coordonnateur du pôle imagerie.
Ouverte en mai 2005, la salle de radiologie vasculaire est dédiée au diagnostic et à l’interventionnel des pathologies neurovasculaires et vasculaires. 80 patients poitevins souffrant d’anévrisme encéphaliques, d’hémorragie de la délivrance ou post-traumatique digestive ou encore de saignements du nez incoercibles… ont déjà bénéficié de cette technologie innovante.

Une somme de compétences au chevet du patient
La précision des images permet de réaliser un super diagnostic plus précis et plus complet. Quant à l’intervention, elle débute par l’introduction d’une sonde dans l’artère fémorale incisée au niveau de l’aine. C’est par cette voie que le neuroradiologue pénètre dans l’univers de l’infiniment petit, à l’intérieur de vaisseaux de quelques millimètres, d’où l’extrême précision du geste.
Télécommande -type joystick- en mains, le Dr Drouineau guide la progression de la sonde dans le labyrinthe des artères et des veines à partir de ses 7 écrans de contrôle. Sur l’un deux l’artère et la boîte crânienne s’affichent comme un hologramme mobile aux multiples positions. Arrivé sur la zone à traiter, le praticien réussira à tarir les saignements en déposant des agents hémostatiques et à réduire les anévrismes en les excluant de la circulation.
Chaque opération dure en moyenne entre 3 et 5 heures et mobilise les compétences d’une équipe de cinq experts : radiologues, anesthésiste, neuroradiologue, manipulateurs…
Plus rapide, moins traumatisante, moins irradiante, plus sûre, avec de meilleures chances de bien vivre après l’accident, la neuroradiologie interventionnelle s’affirme comme une super spécialité qui remplace ou précède l’acte chirurgical.

Made in Europe
Le bi-plan capteurs-plans est de fabrication européenne. Une entreprise française TRIXEL a contribué à la réalisation de cette prouesse technologique en mettant au point les 900 capteurs de silicium qui réceptionnent directement les images.

Poitiers, référent interégional en imagerie
L’investissement dans cet équipement hautement sophistiqué conforte le rôle du CHU en tant que pôle d’excellence en imagerie pour la région voire l’interégion Ouest. Ouvert aux autres établissements et professionnels libéraux, le plateau technique devient centre de formations. Quant à la recherche, le CHU de Poitiers participe à un programme multicentrique sur le traitement des sténoses carotidiennes par voie endovasculaire qui permettra de comparer ce traitement à la chirurgie.

Salle d’angiographie vasculaire en chiffres
Investissement : 1,3 millions d’euros entièrement financés par le CHU
Coût du consommable utilisé pour le traitement d’un anévrisme : environ 3 500 euros

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”