Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

L’école de l’atopie du CHU de Nantes a fêté ses dix ans

Dix ans d’ateliers théoriques et pratiques au service de près de 5 000 patients souffrant d’eczéma et des résultats spectaculaires à son actif. Pour l’école de l’atopie, précurseur de l’éducation thérapeutique au CHU de Nantes, l’information dispensée aux consultants est un complément essentiel du traitement.

Dix ans d’ateliers théoriques et pratiques au service de près de 5 000 patients souffrant d’eczéma et des résultats spectaculaires à son actif. Pour l’école de l’atopie, précurseur de l’éducation thérapeutique au CHU de Nantes,  l’information dispensée aux consultants est un complément essentiel du traitement.

L’école de l’atopie du CHU de Nantes est née d’un besoin exprimé par les patients et leur entourage, qui souhaitaient être mieux informés et actifs dans la prise en charge de la maladie : « L’eczéma est une pathologie fréquente, très invalidante dans ses formes sévères, explique le Pr Jean-François Stalder, chef du service de dermatologie. Son évolution est imprévisible. Il existe des traitements efficaces… à condition de les suivre. Or, lorsqu’ils sont insuffisamment informés, les patients se soignent mal, voient donc peu d’amélioration, se découragent et se soignent encore moins. » Pour rompre ce cercle vicieux, l’éducation thérapeutique s’avère un moyen efficace : « Lors d’une première consultation, on prend le temps de bien évaluer les besoins et attentes du malade et de sa famille, leurs connaissances, leur situation, leurs craintes…
Cette rencontre aboutit à la définition d’un contrat de soins qui inclut des ateliers d’éducation thérapeutique adaptés et un suivi régulier. Les patients comprennent qu’ils peuvent devenir des partenaires de l’équipe soignante et agir sur leur maladie. » Les contenus et supports varient fréquemment, pour s’adapter au mieux à tous les publics, enfants et adultes».
Ouverte depuis dix ans, l’école de l’atopie a fait ses preuves en tant que complément à la prise en charge médicale, en générant dans une large majorité des cas une spectaculaire amélioration des troubles. Elle fait partie des programmes d’éducation thérapeutique agréés par l’agence régionale de santé depuis 2011 et financés au titre des missions d’intérêt général.
Isabelle Gauvrit, secrétaire, assiste l’équipe pour coordonner l’activité de l’école qui assure chaque année une soixantaine d’ateliers réunissant huit personnes : « 10 % à 15 % des nourrissons souffrent d’eczéma ou dermatite atopique ; dans 80 % des cas, une amélioration survient avant l’âge de deux ans. 10 % de la population française souffre de cette pathologie. »

Découvrez l’école de l’atopie en vidéo

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.