Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Les CHU en chiffres 2008-2011

A l'occasion des XIIIèmes assises nationales hospitalo-universitaires de Bordeaux, les CHRU publient leurs chiffres clés 2008-2011. Rétrospective du travail accompli au service du public par les 32 Centres Hospitaliers Régionaux et Universitaires, ce document témoigne de leur irremplaçable contribution aux soins d'urgence, de proximité et de recours, à l'enseignement et à la recherche-innovation en santé.

A l’occasion des XIIIèmes assises nationales hospitalo-universitaires de Bordeaux, les CHRU publient leurs chiffres clés 2008-2011. Rétrospective du travail accompli au service du public par les 32 Centres Hospitaliers Régionaux et Universitaires, ce document témoigne de leur irremplaçable contribution aux soins d’urgence, de proximité et de recours, à l’enseignement et à la recherche-innovation en santé.
Entre 2008 et 2011, les CHRU ont vu leur activité progresser de 9 %
Plébiscités pour l’expertise de leurs équipes et la qualité de leurs plateaux techniques, les CHRU ont enregistré 5,34 millions d’entrées en court séjour dont plus de la moitié (2,87 millions) en hospitalisation de jour. A la fois premiers et derniers recours, leurs urgences ont accueilli 4 millions de personnes malades ou blessées et leur Centre 15 ont répondu à 9 millions d’appels. Quant à leurs maternités, elles ont vu naître 162 164 soit 2 enfants sur 10. Assurant un rôle de centres de diagnostics et de consultations spécialisés, les CHRU comptabilisent près de 20 millions de consultations.
En 2011 la recherche hospitalo-universitaire française a bénéficié d’un élan historique avec la création de 6 instituts hospitalo-universitaires, de 23 laboratoires d’excellence, de 15 équipements d’excellence en biologie-santé et de 10 cohortes. Sa vitalité s’exprime aussi à travers les 1 985 études promues par les CHRU et les 318 programmes hospitaliers de recherche clinique. Une dynamique qui a permis à 86 371 patients volontaires d’accéder le plus tôt possible et dans les meilleures conditions aux tout nouveaux traitements.
D’une capacité totale de 85 243 lits et places – comprenant 55 898 lits et 5 423 places en médecine, chirurgie et obstétrique- , les CHRU emploient 319 000 professionnels dont 37 547 médecins et 16 520 internes.  En 2011, leur budget s’élevait à 25,3 milliards d’euros.
Les chiffres clés 2008-2011

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.