Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Les Hôpitaux Universitaires de Strasbourg certifiés

La Haute Autorité de Santé (HAS) vient de certifier les Hôpitaux Universitaires de Strasbourg après une visite de 3 semaines menée en mars 2009 par 6 experts-visiteurs. Sur l'ensemble des 309 critères, la HAS a relevé 156 critères satisfaits et 102 critères en grande partie satisfaits soit 83% de l'ensemble des critères. La HAS demande aux Hôpitaux Universitaires de Strasbourg de s'améliorer significativement sur 10 points qui feront l'objet d'une visite de suivi et formule 30 recommandations à poursuivre la dynamique d'amélioration des pratiques déjà engagée par les HUS. Ce bon résultat démontre la forte implication quotidienne de l'ensemble du personnel hospitalier dans l'accueil du patient et sa prise en charge.

La Haute Autorité de Santé (HAS) vient de certifier1 les Hôpitaux Universitaires de Strasbourg après une visite de 3 semaines menée en mars 2009 par 6 experts-visiteurs. Sur l’ensemble des 309 critères, la HAS a relevé 156 critères satisfaits et 102 critères en grande partie satisfaits soit 83% de l’ensemble des critères.
La HAS demande aux Hôpitaux Universitaires de Strasbourg de s’améliorer significativement sur 10 points qui feront l’objet d’une visite de suivi et formule 30 recommandations à poursuivre la dynamique d’amélioration des pratiques déjà engagée par les HUS.

Ce bon résultat démontre la forte implication quotidienne de l’ensemble du personnel hospitalier dans l’accueil du patient et sa prise en charge.

Les critères satisfaits se retrouvent dans tous les domaines d’activités. La HAS a souligné une action remarquable «la politique institutionnelle d’évaluation des pratiques professionnelles (EPP) » qui a permis le déploiement de nombreux programmes d’EPP2.

En médecine, chirurgie et obstétrique, les critères satisfaits concernent
– La politique et la qualité du management : la place du patient et son entourage, la politique de ressources humaines, le système d’information, la communication, l’optimisation des ressources et des moyens …
– Les ressources transversales : l’organisation et la maîtrise de la qualité des fonctions hôtelières et logistiques, le management de la qualité, la gestion des risques, le dispositif de veille sanitaire, la surveillance et la prévention du risque infectieux, la sécurité et la maintenance des infrastructures et des équipements, la sécurité des biens et des personnes…
– La prise en charge du patient : l’information du patient sur les conditions de séjour, sur ses soins et son état de santé tout au long de sa prise en charge, l’accès au dossier médical par le patient, l’hébergement et la restauration des accompagnants, l’accueil des détenus, la prise en compte du risque suicidaire, les actions relatives au prélèvement d’organes et de tissus…

Les recommandations simples concernent
La réflexion bénéfice-risque, la tenue du dossier patient, la justification des examens d’imagerie, la confidentialité, la prise en charge pluriprofessionnelle du patient, la gestion des risques, la mise en oeuvre de dispositions pour assurer la prévention et la maîtrise du risque infectieux, l’identification fiable et unique de chaque patient…

Les points à améliorer avec suivi portent sur les urgences, les urgences vitales survenant dans l’établissement, les règles relatives à la réalisation des examens en imagerie, le circuit du médicament (prescription, dispensation, administration), l’organisation des blocs opératoires.
Des groupes de travail vont être créés dans les secteurs concernés afin de répondre aux constats fait par les expert-visiteurs.

Pour la prise en charge en psychiatrie, la HAS a observé 20 critères satisfaits notamment l’accueil, la prise en charge, le suivi après la sortie et formulé 4 recommandations simples: la réflexion bénéfice-risque, la prescription d’examens de laboratoire et d’imagerie et la dispensation des médicaments.

Pour la prise en charge des soins de suite et de réadaptation, l’HAS a retenu 24 critères satisfaits et 5 recommandations simples. Elle a également retenu 24 critères satisfaits et 3 recommandations simples pour les soins de longue durée.

Ces résultats montrent que les HUS ont fortement progressé dans la plupart des secteurs d’activité. La décision de l’HAS encourage l’établissement à poursuivre sa démarche d’amélioration continue de la qualité.

Le rapport complet est disponible sur www.has.fr

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”