Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

L’HAD se déploie sur le bassin alésien

20 places d’Hospitalisation à domicile (HAD) ont été créées sur Alès, début 2012 ; une initiative portée par le CHRU de Nîmes, en partenariat avec le CH Alès-Cévennes. Dans un rayon de 30 km autour d’Alès, l’équipe composée de médecins et de paramédicaux hospitaliers et libéraux rend visite aux patients souffrant de cancer, de maladies du sang, d'affections cardio-vasculaires, respiratoires, neurologiques, ORL ou rhumatologiques, de maladies digestive et infectieuses, de diabète... et nécessitant des soins complexes et coordonnés.

20 places d’Hospitalisation à domicile (HAD) ont été créées sur Alès, début 2012 ; une initiative portée par le CHRU de Nîmes, en partenariat avec le CH Alès-Cévennes. Dans un rayon de 30 km autour d’Alès, l’équipe composée de médecins et de paramédicaux hospitaliers et libéraux rend visite aux patients souffrant de cancer, de maladies du sang, d’affections cardio-vasculaires, respiratoires, neurologiques, ORL ou rhumatologiques, de maladies digestive et infectieuses, de diabète… et nécessitant des soins complexes et coordonnés.
L’HAD : l’expertise du suivi hospitalier alliée au confort de la maison
Alternative à l’hospitalisation en établissement et solution de premier plan à la réduction du temps de séjour à l’hôpital, l’HAD permet d’assurer au domicile du malade, des soins médicaux et paramédicaux continus et coordonnés en associant le médecin hospitalier, le médecin traitant et tous les professionnels paramédicaux et sociaux. Polyvalente et généraliste, l’HAD favorise la prise en charge de patients nécessitant des soins importants.
Comment fonctionne l’HAD d’Alès ?
Une équipe hospitalière de coordination composée de trois médecins coordonnateurs (les docteurs Gardes, Allheilig, Cabrol) et d’infirmières a été mise en place. Elle est complétée par l’action d’un cadre de santé.
Le médecin traitant constitue le pivot de l’hospitalisation à domicile. C’est lui qui assure la prise en charge médicale du malade, en lien avec les infirmières libérales et les autres professionnels du bassin alésien qui interviennent au domicile.
Quelles sont les modalités d’admission ?
– le médecin traitant ou un médecin hospitalier fait la demande auprès de l’HAD. Elle est évaluée par l’équipe de coordination
– Les critères d’admission sont les mêmes qu’en hospitalisation complète
– Le médecin traitant désigné par le malade doit donner son aval
– Les professionnels impliqués élaborent un projet thérapeutique piloté par le médecin coordonnateur Les rôles et missions des deux partenaires ont été précisés : le CH Alès-Cévennes accueille le service d’HAD et participe à son fonctionnement logistique, quant au CHRU de Nîmes, il assure la gestion globale du service.
Les rôles et missions des deux partenaires ont été précisés : le CH Alès-Cévennes accueille le service d’HAD et participe à son fonctionnement logistique, quant au CHRU de Nîmes, il assure la gestion globale du service. Ce partenariat territorial s’inscrit dans le cadre de la Communauté hospitalière de territoire (CHT) Gard – Cévennes – Camargue qui rassemble 7 établissements hospitaliers. En mutualisant les moyens, en partageant les compétences, les savoirs et les ressources matérielles, la CHT optimise l’offre médicale et la qualité des soins. 
L’HAD participe au renforcement des liens entre la ville et l’hôpital, entre les professionnels libéraux et les établissements.  Acteurs à part entière de ce nouveau service à domicile, les professionnels libéraux voient se renforcer leur place dans la chaîne de soins. Ainsi, à  Alès, deux des trois médecins coordonnateurs exercent en tant que médecins généralistes. Une spécificité gage de proximité avec le bassin de population concerné.
L’HAD d’Alès est le second géré par le CHRU dans le Gard après celui ouvert à Nîmes en 2007 et le quatrième service de ce type créé sur le territoire de santé de la CHT. Il est important de souligner l’esprit de coopération et de complémentarité qui régit les relations entre les services d’HAD gérés par le CHRU et ceux dirigés par l’APARD-HAD 30, association pour l’assistance et la réhabilitation à domicile. Entre ces deux structures, le partenariat prend la forme d’astreintes médicales partagées afin d’assurer la continuité et la permanence des soins.
Pour toute demande d’admission : 04 66 78 34 15

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”