Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Lille à la pointe de la chirurgie mini-invasive avec son nouveau robot

Depuis le 12 février 2018, les praticiens du CHU de Lille bénéficient d’un nouveau robot chirurgical de dernière génération: le Da Vinci X. Représentant un investissement de 1,7 million d’euros, ce nouvel équipement permet aux équipes d’accroître leur expertise dans la chirurgie mini-invasive.

Depuis le 12 février 2018, les praticiens du CHU de Lille bénéficient d’un nouveau robot chirurgical de dernière génération: le Da Vinci X. Représentant un investissement de 1,7 million d’euros, ce nouvel équipement permet aux équipes d’accroître leur expertise dans la chirurgie mini-invasive.
Télé-manipulé, offrant une grande précision de mouvement et une image en 3D de l’intérieur du corps du patient, le robot chirurgical est utilisé pour des interventions complexes et délicates par coelioscopie. C’est-à-dire par de toutes petites ouvertures.
L’urologie représente la majorité de l’activité du robot chirurgical. Cette technique robotisée est également proposée pour la chirurgie de l’obésité ou de la thyroïde, ainsi que pour le traitement de l’endométriose et des cancers gynécologiques. Prochaines étapes pour l’activité déployée sur le robot chirurgical: la chirurgie du foie, du pancréas, du thorax, du coeur, de la sphère ORL ou encore la chirurgie pédiatrique.
«La chirurgie robotisée est essentielle en urologie notamment pour la chirurgie des cancers de la prostate et du rein. Pr Arnauld Villers, chef du service d’urologie du CHU de Lille

Une meilleure récupération pour le patient

La chirurgie robotisée contribue, de fait, à améliorer et accélérer la récupération des patients. Cette technologie permet également de réduire la durée d’hospitalisation. Cette nouvelle génération de robot bénéficie d’une vidéo-caméra numérique, et de nouveaux instruments chirurgicaux de haute précision.

«La chirurgie robotisée est essentielle en urologie notamment pour la chirurgie des cancers de la prostate et du rein. L’urologie représente la majorité de l’activité du robot chirurgical» Pr Arnauld Villers, chef du service d’urologie du CHU de Lille
Au total plus de 310 interventions sont réalisées chaque année par robot chirurgical. Une activité qui a doublé entre 2010 et 2017.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.