Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Lille : champion toutes catégories des coopérations

Pour que l'offre de soins proposée aux habitants d'une même région soit d'égale qualité, les CHU ont pour mission de partager et diffuser leurs savoirs faire. Parfois, la rareté des compétences médicales intervient comme un moteur supplémentaire dans la mise en place des solutions innovantes et inédites.

Pour que l’offre de soins proposée aux habitants d’une même région soit d’égale qualité, les CHU ont pour mission de partager et diffuser leurs savoirs faire. Parfois, la rareté des compétences médicales intervient comme un moteur supplémentaire dans la mise en place des solutions innovantes et inédites. C’est le cas du Nord Pas de Calais, région confrontée à de mauvais indicateurs de santé et à une faible densité de spécialistes médicaux.

Dans le cadre du Schéma Régional d’Organisation Sanitaire, le Centre Hospitalier Régional Universitaire de Lille participe à la répartition harmonieuse de l’offre de soins, conciliant les impératifs de proximité et de sécurité. Le contrat d’objectifs et de moyens, signé avec l’Agence Régionale de l’Hospitalisation du Nord-Pas de Calais et le CHRU de LILLE, concrétise cette responsabilité.

L’établissement s’est engagé à transférer son savoir-faire, sous forme de technologies et de compétences médicales, dans les différents bassins de vie de la région, tout en maintenant avec les équipes médicales concernées les liens nécessaires en matière de formation et de recours. A ce titre, il organise et anime des partenariats et des réseaux de soins avec l’ensemble des acteurs de santé de la région.


Les coopérations inter-hospitalières

Le CHRU de LILLE développe les partenariats avec les établissements de soins publics « pivot » de leur bassin de vie, par le biais de conventions-cadre
– avec le CH de Valenciennes : création d’un centre de neurochirurgie pour permettre une prise en charge de proximité aux patients originaires du bassin du Hainaut et recentrer le CHRU sur ses missions de recours régional et d’innovation
– avec le Centre Hospitalier de Lens : coopérations en chirurgie cardiaque, la chirurgie infantile, l’assistance médicale à la procréation) ;
– avec le Centre Hospitalier d’Arras
– Accompagnement des projets périnatalité avec les Centres Hospitaliers de Calais, Boulogne et Dunkerque.
– Actions partenariales développées dans le cadre du Syndicat Inter-Hospitalier Lille ? Roubaix ? Tourcoing portant notamment sur la radiologie, la cardiologie, la médecine légale, la neurologie et la stomatologie-chirurgie maxillo-faciale.


Le Partage de temps médical

Le CHRU de LILLE travaille en lien étroit avec les établissements de la région afin de favoriser les partages de temps médical. Cette collaboration se concrétise par 207 conventions de partage de temps médical : 129 conventions permettant à des médecins d’autres hôpitaux d’exercer au CHRU
78 conventions permettant à des médecins du CHRU d’exercer dans d’autres établissements.

La création de postes d’assistants spécialistes constitue une réponse originale à une préoccupation majeure, celle de pourvoir les nombreux postes de praticiens hospitaliers vacants dans les hôpitaux généraux. Le CHRU de LILLE propose de passer convention avec les centres hospitaliers volontaires pour accueillir les anciens internes recrutés comme assistants spécialistes. Ceux-ci peuvent ainsi acquérir la formation pratique et les titres nécessaires à la réussite du concours de praticien hospitalier. Ces conventions visent à enrayer la fuite de nombreux internes vers d’autres régions et à résorber le déficit régional en praticiens.
Des postes d’assistants spécialistes ont été créés en 2000 : en gynécologie avec le Centre Hospitalier de Calais, en pneumologie avec le Centre Hospitalier de Valenciennes, en psychiatrie avec le Centre Hospitalier de Douai.

Le CHRU de LILLE développe aussi des coopérations avec des partenaires PSPH (privés participant au service public hospitalier) et privés. C’est ainsi qu’il travaille en complémentarité avec le Centre Oscar Lambret dans le cadre du Centre Régional de Référence en Cancérologie.

Au chapitre des coopérations « public-privé », on notera le projet de groupement de coopération sanitaire avec la Clinique Lille-Sud pour la prise en charge des urgences de la main dans le Nord-Pas de Calais, ainsi que la convention de partenariat avec le groupe Hopale pour la rééducation fonctionnelle. Ces deux projets de partenariat représentent un enjeu important en termes de formation des médecins spécialistes et d’équilibre de l’offre de soins régionale.


Les réseaux

27 réseaux ont été inscrits au contrat d’objectifs et de moyens ; certains d’entre eux sont déjà structurés tels que le réseau de prise en charge des consultations et Centres de la Mémoire, le réseau de prise en charge de la sclérose en plaques « G-SEP », le réseau de prise en charge de prélèvements multi-organes, le réseau enfance en danger, le réseau régional des consultations de la douleur chronique, le réseau soins palliatifs, le réseau interrégional de toxicovigilance.. Une enquête menée en août 2000 montre que ce chiffre sera probablement dépassé tant la dynamique de travail en réseau est forte.

La télémédecine : Dans le cadre du programme national de ?mise en réseau des maternités par la télémédecine ? (?Périnat?) le projet de la région Nord ? Pas de Calais a été retenu par le Ministère de la Santé. Il concerne des visioconférences qui peuvent réunir 10 centres, qui se connectent régulièrement. D’autres visioconférences ont lieu avec Montréal (Hôpital Sainte Justine) et plusieurs autres sites.

Le Réseau de soins périnatal du Bassin de vie Lille Métropole (14 établissements publics, privés et participants au service public) s’est constitué en 2000. Il a été confirmé par une délibération du Conseil d’Administration le 22 janvier 2001. Il concrétise l’organisation graduée des soins et des prises en charge, tant pour les pathologies maternelles que pour les pathologies de l’enfant.


Les Pôles Hospitalo-Universitaires de partage régional

Conformément à l’article 6 du Contrat d’Objectifs et de Moyens, le CHRU de LILLE s’est engagé à mettre en oeuvre des « pôles hospitalo ? universitaires de partage régional » dans le cadre d’un « CHU multipolaire ».

La dimension recherche est totalement intégrée aux projets de pôles hospitalo- universitaires de partage régional puisqu’ils concernent soit des activités spécifiques de recours, soit un programme hospitalier de recherche clinique, soit une aide individuelle au plan de carrière des Chefs de Clinique par un encouragement au développement de compétences nouvelles à travers la recherche clinique et fondamentale.


Les partages d’expertise

La volonté d’ouverture et de partenariats touche tous les domaines de l’hôpital. Le CHRU de LILLE travaille en collaboration avec les établissements de la région dans des domaines aussi variés que l’ingénierie biomédicale, la sécurité, l’élimination des déchets des activités de santé, l’information médicale, la gestion des archives, la qualité, l’informatique.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.