Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

L’innovation paramédicale à l’honneur au CHU de Rouen

« Le bain thérapeutique » présenté par l’équipe de neurochirurgie et la démarche d'harmonisation de la « technique d'ablation des drains aspiratifs type redon » conduite par l’équipe de chirurgie orthopédique ont été primés lors des 8èmes « Trophées Innov’à soin » 2016 du CHU de Rouen.
« Le bain thérapeutique » présenté par l’équipe de neurochirurgie et la démarche d’harmonisation de la « technique d’ablation des drains aspiratifs type redon » conduite par l’équipe de chirurgie orthopédique ont été primés lors des 8èmes « Trophées Innov’à soin » 2016 du CHU de Rouen.
Le bain thérapeutique, prix du jury
Equipée de matériels multisensoriels snoezelen, la salle de bain thérapeutique du service de neurochirurgie se transforme en espace de bien-être. Durant ces séances, les cinq sens des patients neurovégétatifs cérébrolésés sont stimulés par des effets lumineux, des sons, ses musiques, des parfums. Cette mise en ambiance vise à rééduquer, stimuler, détendre leur corps et leur perception de l’environnement.
Pour voir la vidéo
Déterminer la « technique d’ablation des drains aspiratifs type redon » la moins douloureuse : prix coup de cœur du public
Chaque jour plusieurs dizaines de drains sont retirés au CHU de Rouen. Ce drainage aspiratif est mis en place à la fin de l’intervention chirurgicale pour évacuer les sécrétions de la plaie. Il a pour but une cicatrisation plus rapide et évite la formation d’hématome et le risque infectieux. Constatant l’absence de protocole de retrait, l’équipe a conduite une recherche pilote sur 60 patients en gynécologie pour comparer les deux techniques de retrait des drains et retenir la moins douloureuse : mode en non aspiratif et en aspiratif. La première méthode apparaît la plus adaptée. Un protocole de recherche doit confirmera ces premiers résultats.
Pour voir la vidéo
En savoir plus sur les « Trophées Innov’à soin » 
Désireux de promouvoir les travaux innovants des équipes paramédicales des trois filières de soins : infirmière, médico-technique et de rééducation, le CHU de Rouen a lancé en 2008 les « Trophées Innov’à soin », un concours annuel réservé aux soignants de l’établissement à l’origine d’une technique, d’un  savoir, d’un management innovant. Ce progrès doit participer à l’amélioration des soins du patient et respecter les valeurs soignantes. Il peut se poursuivre par un travail de recherche en soins.

Vote digital
La particularité de ce prix est son mode de sélection interactif. Les votes exprimés sur internet ont mobilisé une large audience, au total 10 513 internautes, contre 7 090 l’année dernière.
Les votans se répartissent en quatre catégories :
–          Personnels du CHU de Rouen : 4 324 votes
–          Etudiants en santé : 2 170
–          Professionnels de santé hors CHU de Rouen : 1 497
–          Grand public : 2 522

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.