Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Institut Cœur-Poumon de Lille : le projet avance bien!

Après l'ouverture de l'aile Est en janvier 2016, et du secteur Urgence et Soins Intensifs Cardiologiques en juin 2017, l’Institut Cœur-Poumon du CHU de Lille inaugure son aile Ouest. Cette opération, soigneusement préparée, se déroule du 13 Décembre 2017 au 18 Janvier 2018. Alors que parallèlement l'avancement du projet médical se poursuit. Objectif: réunir mi-2020, au sein de cet institut, l'ensemble des activités cardiovasculaires et pulmonaires de l'établissement.
Après l’ouverture de l’aile Est en janvier 2016, et du secteur Urgence et Soins Intensifs Cardiologiques en juin 2017, l’Institut Cœur-Poumon du CHU de Lille inaugure son aile Ouest. Cette opération, soigneusement préparée, se déroule du 13 Décembre 2017 au 18 Janvier 2018. Alors que parallèlement  l’avancement du projet médical se poursuit. Objectif: réunir mi-2020, au sein de cet institut, l’ensemble des activités cardiovasculaires et pulmonaires de l’établissement.
L’aile Ouest de l’Institut Cœur Poumon est conçue pour mieux répondre aux besoins et aux attentes des patients, en améliorant également les conditions de travail des équipes hospitalières. Son ouverture fournit l’occasion pour le CHU d’innover, par la création d’une unité ambulatoire de cardiologie dans des locaux adaptés. 

Un projet au service des patients

Prise en charge de certains patients en moins de 12 heures, locaux flambants neufs, vastes et lumineux, une grande majorité de chambres individuelles, fonctionnalité et meilleure cohérence des espaces: ce sont autant de mutations vers des prestations plus adaptées aux demandes des patients, des correspondants du CHU, mais aussi des autres services du CHU qui adressent des patients à l’ICP.

De nombreuses équipes impliquées et accompagnées

Plusieurs centaines de professionnels du CHU, médecins, cadres, soignants, administratifs, techniques, logistiques, sont impliqués dans la conduite du projet ICP. Le Département des Ressources Humaines et la Direction des soins accompagnent les professionnels concernés, par équipe et de façon individualisée, jusqu’à l’achèvement de l’opération.
Pour préparer l’ouverture de l’Aile Ouest, 90 infirmiers et aide soignants ont été sollicités individuellement sur leur souhait de repositionnement. 100% d’entre eux ont répondu au questionnaire transmis. 78 professionnels ont obtenu leur premier choix de positionnement.
Les agents seront accompagnés autant que nécessaire à travers des entretiens individuels qui permettent de soutenir leurs projets d’évolution au cours de cette démarche.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.