Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

L’interrégion EST sous le signe de la coopération

6 CHRU de l'interrégion EST : BESANCON, DIJON, NANCY, REIMS, STRASBOURG et METZ-THIONVILLE (CHR)s'associent pour développer l'attractivité et l'activité de leurs établissements par la mise en oeuvre d'actions communes en matière de soins, d'enseignement et de recherche.

6 CHRU de l’interrégion EST : BESANCON, DIJON, NANCY, REIMS, STRASBOURG et METZ-THIONVILLE (CHR)s’associent pour développer l’attractivité et l’activité de leurs établissements par la mise en oeuvre d’actions communes en matière de soins, d’enseignement et de recherche.

Le groupement est né d’une réflexion de plus de 3 ans associant les Directeurs Généraux, les Présidents de CME des 6 établissements concernés et les Doyens des 5 UFR. Son siège a été fixé au CHU de DIJON. Lors de l’assemblée constitutive du 23 juin, Pierre-Charles PONS, Directeur Général du CHU de Dijon a été élu administrateur du GCS pour une durée de 3 ans. Il est assisté d’un permanent.

Naissance d’une nouvelle communauté
Coopération, mutualisation, partages… Le GCS va faciliter les collaborations en matière de formation, d’enseignement, de mobilité des praticiens et la réalisation de programmes de recherche communs et de missions communes. Les accords vont aussi déboucher sur la mise en oeuvre d’activités médicales innovantes.

Chaque établissement animera des commissions thématiques
• Enseignement, formation, mobilité des praticiens (Reims)
• Recherche, Innovation (Dijon, Nancy)
• Qualité, Evaluation des Pratiques Professionnelles (Besançon, Metz)
• Gestion documentaire (Nancy)
• Système d’information Hospitalier (Srasbourg)

Premières réalisations
Tous les CHRU ne pouvant investir dans toutes les techniques de pointe, le schéma interrégional d’organisation sanitaire a confié au GCS la préparation du projet médical interrégional concernant les activités de chirurgie cardiaque, de greffes d’organes et de cellules hématopoïétiques, de neurochirurgie et neuroradiologie interventionnelle et de grands brulés. Ce projet médical interrégional devra notamment décrire les filières et les modalités de coopération afin que tous les patients bénéficient des meilleurs soins et accèdent aux dernières innovations.

Les commissions ont également planché sur une stratégie de développement de l’innovation médicale dans l’interrégion et sur le suivi et la montée en puissance de la production scientifique de l’interrégion grâce au logiciel SIGAPS utilisé dans tous les CHR et U.
En préparation : une concertation sur les appels à projets pour les Centres Nationaux de Référence et les centres de compétences avec, à terme, la volonté de proposer un maillage harmonieux du territoire interrégional fondé sur les compétences et sur l’organisation du travail en réseau autour des maladies rares.

Un réseau ALZHEIMER, coordonné par REIMS, avec un référent désigné dans chaque établissement facilitera la mise en place du plan Alzheimer ainsi que la recherche et de la formation.

Au programme également la volonté de doper la recherche clinique et de resserrer les liens avec les Universités, l’Inserm, le CNRS et les industriels de santé. Pour atteindre ces objectifs le GCS développera les activités de la Direction de la Recherche Clinique et du Développement, impliquera la Commission Scientifique interrégionale pour la gestion du Programme Hospitalier de Recherche Clinique et les recherches à promotion institutionnelle. Le GCS a également en perspective l’installation d’un centre interrégional de Gestion des essais industriels sur les produits de santé.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”