Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Maladie de Huntington : la caféine en cause

Une étude lilloise menée sur une cohorte de 80 patients tend à prouver qu’une consommation habituelle de 2 tasses de café avancerait l’âge d’entrée dans la maladie de Huntington. L’étude a été publiée en mai 2013 dans la revue Neurobiology of Disease

Une étude lilloise menée sur une cohorte de 80 patients tend à prouver qu’une consommation habituelle de 2 tasses de café avancerait l’âge d’entrée dans la maladie de Huntington. L’étude a été publiée en mai 2013 dans la revue Neurobiology of Disease.
Affection neurologique héréditaire touchant 1 personne sur 10 000, la maladie de Huntington se manifeste par des troubles moteurs : mouvements anormaux involontaires, troubles de la marche, cognitifs (déclin intellectuel allant jusqu’à la démence) et psychiatriques (dépression, anxiété, impulsivité).
Un simple prélèvement sanguin permet de détecter la mutation génétique responsable de la maladie. L’âge de début de la maladie dépend en grande partie de cette mutation. Toutefois, d’autres facteurs, notamment environnementaux, pourraient moduler l’âge de début. Encore mal définis, ces facteurs ont été mieux cernés lors de travaux expérimentaux sur différents modèles animaux de la maladie de Huntington. Leurs résultats montrent qu’un blocage important des récepteurs adénosinergiques A2A conduit à une aggravation de la maladie de Huntington. Or la caféine, molécule psycho-active la plus consommée de par le monde, a comme effet majeur le blocage de ces récepteurs et pourrait à ce titre influer sur le cours évolutif de la maladie. C’est ce que suggère l’étude lilloise qui associe consommation habituelle de caféine de plus de 190 mg/jour à un âge plus précoce de début de la maladie.
« Conformément à ce que nos études expérimentales chez l’animal laissaient penser, cette étude translationnelle suggère un lien entre la consommation habituelle de caféine et la maladie de Huntington. » explique le Dr. David Blum, Chargé de Recherches à l’Inserm.
« La nature rétrospective de cette étude ne nous permet toutefois pas de démontrer un lien de cause à effet entre consommation de caféine et âge de début : il ne s’agit pour le moment que d’une simple association entre ces 2 facteurs. Ainsi, nous ne sommes pas en mesure à ce stade de proposer de quelconque conseil diététique d’une part aux patients et d’autre part aux porteurs de la mutation encore asymptomatiques. Afin de prouver le lien de causalité, une investigation prospective s’impose désormais », conclut Pierre Krystkowiak, Professeur de neurologie à l’UFR de Médecine d’Amiens et co-responsable du centre de compétences Huntington Lille-Amiens avec le Dr. Clémence Simonin.
Ce travail a été dirigé conjointement par David Blum (UMR Inserm U837/Université Lille 2/Université Lille Nord de France) et Pierre Krystkowiak (Service de Neurologie du CHU d’Amiens, EA4559 – LNFP/Université de Picardie Jules Verne/UFECAP) et réalisé en collaboration avec le Service de Neurologie et pathologie du mouvement et le pôle de Santé Publique du CHRU de Lille, l’UMR Inserm U744, ainsi que le réseau Huntington de Langue Française coordonné par le Pr Anne-Catherine Bachoud-Levi (Centre National de référence maladie de Huntington – Hôpital Henri Mondor, Créteil).
Sources
Association between caffeine intake and age at onset in Huntington’s disease Clémence Simonin, Cécile Duru,, Julia Salleron, Pascale Hincker, Perrine Charles, Arnaud Delval, Katia Youssov, Sylvie Burnouf, Jean-Philippe Azulay, Christophe Verny, Clarisse Scherer, Christine Tranchant, Cyril Goizet, Sabrina Debruxelles, Luc Defebvre, Bernard Sablonnière, Monique Romon-Rousseaux, Luc Buée, Alain Destée, Olivier Godefroy, Alexandra Dürr,; REGISTRY Study of the European Huntington’s Disease Network, Bernhard Landwehrmeyer; Huntington French Speaking Network, Anne-Catherine Bachoud-Levi; Florence Richard, David Blum, Pierre Krystkowiak,
Contact chercheurs
Dr David Blum
Chargé de recherche Inserm
UMR 837 "Centre de recherche Jean Pierre Aubert – JPArc" (Inserm/ Univ. Lille-Nord de
France, UDSL)
Equipe "Alzheimer & Tauopathies" – LabEx DISTALZ
UFR de Médecine-Pôle Recherche de l’Université Lille 2
Institut de Médecine Prédictive et Recherche Thérapeutique
59045 Lille France
david.blum@inserm.fr
Tel: 03 20 29 88 58
Dr Pierre Krystkowiak
Professeur de neurologie
Service de neurologie, centre de compétence pour la maladie de Huntington, centre expert
pour la maladie de Parkinson, CHU d’Amiens.
EA 4559 – Laboratoire de Neurosciences Fonctionnelles et Pathologie (LNFP)
Université de Picardie Jules Verne, (UPJV), UFECAP
80054 Amiens Cedex 1
Tel: 0322668240
Fax: 0322668244
e-mail: krystkowiak.pierre@chu-amiens.fr

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.