Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Maladie du foie gras (NASH): un test de dépistage non invasif en cours de validation à Angers

Appelée maladie du foie gras, la stéatohépatite non alcoolique (ou NASH) se décèle par une biopsie, un dépistage par prélèvement d’un fragment d’organe qui pourrait, d'ici 2021, être remplacé par une simple analyse de sang. Tel est l’enjeu d’un nouveau test hépatique dont la validité clinique est étudiée conjointement par une société de technologie médicale* et par les hépatologues du CHU d’Angers. Fin juin, un accord entérinant cette collaboration a été signé. Des millions de patients français sont concernés par cette recherche prometteuse.

Appelée maladie du foie gras, la stéatohépatite non alcoolique (ou NASH) se décèle par une biopsie, un dépistage par prélèvement d’un fragment d’organe qui pourrait, d’ici 2021, être remplacé par une simple analyse de sang. Tel est l’enjeu d’un nouveau test hépatique dont la validité clinique est étudiée conjointement par une société de technologie médicale* et par les hépatologues du CHU d’Angers. Fin juin, un accord entérinant cette collaboration a été signé. Des millions de patients français sont concernés par cette recherche prometteuse.

5 % de la population adulte touchée par la NASH

La stéatohépatite non alcoolique (ou NASH) est une conséquence possible des désordres métaboliques tels que l’obésité ou le diabète de type 2. On estime que plus de 5 % de la population des pays développés est touchée par la NASH. Ses principales conséquences sont la cirrhose et le carcinome hépato-cellulaire.

Aujourd’hui, un examen histologique du foie par biopsie est nécessaire pour identifier et diagnostiquer la NASH.
Le développement d’une nouvelle méthode non invasive est donc un besoin reconnu par les autorités de santé public et nécessaire pour améliorer la prise en charge des patients. La solution pourrait  bien être le test de dépistage non invasif de la NASH établi à partir d’une simple goutte de sérum. L’objectif ambitieux de cette recherche est d’obtenir les approbations réglementaires nécessaires pour la commercialisation en 2021.

Le test de dépistage non invasif est une technologie brevetée qui associe l’enregistrement de la signature métabolique du sérum sanguin par moyen infrarouge via la plateforme SPID™ et la délivrance d’un score diagnostique grâce à un algorithme propriétaire. Ce test a été élaboré sur la base de plusieurs biobanques provenant de patients souffrant de la NASH et ayant subi une biopsie du foie. L’objectif principal de cette collaboration est de mettre à disposition la plateforme SPID au sein du service d’hépatologie du CHU d’Angers et de sept autres centres hospitalo-universitaires associés afin d’évaluer de manière prospective jusqu’à 1 000 patients en deux ans.
« Nous sommes très heureux d’annoncer cette collaboration qui concrétise une étape importante dans la recherche contre la NASH », se félicite Jérôme Bernard, Directeur Général de DIAFIR qui poursuit « Je suis ravi de cette collaboration, qui permettra de faire du test un outil de diagnostic in vitro (DIV) pour l’identification des patients NASH. »
De son côté, Jérôme Boursier, M.D., Ph.D, Hépatologue au CHU d’Angers souligne l’importance de ce projet de recherche clinique conjoint : « Il n’existe toujours pas d’outil non-invasif validé pour le diagnostic de NASH. Dans ce contexte, DIAFIR apporte un dispositif innovant à la famille des tests hépatiques non invasifs. Leur nouvelle technologie de spectroscopie permet d’identifier les patients à risque de NASH en moins d’une heure, positionnant ainsi la plateforme SPIDTM comme porte d’entrée de la prise en charge du patient en pratique clinique. »
Le service d’Hépato-Gastro-entérologie du Centre Hospitalier Universitaire d’Angers est spécialisé dans le développement et la validation (diagnostic, pronostic) de tests non invasifs hépatiques. En collaboration avec les services d’Anatomopathologie, de Biochimie, de Radiologie ainsi que le Centre de Ressources Biologiques du CHU, ils s’appuient sur leur connaissance des hépatites virales chroniques pour travailler dans le domaine de la NASH. Le service propose des solutions pour identifier les patients présentant une maladie active. Par son expertise et son engagement dans la recherche, il peut les faire bénéficier des nouveaux traitements actuellement en cours d’évaluation dans les essais cliniques.
*DIAFIR est spécialisée dans le développement de test de diagnostic in vitro innovants pour améliorer la détection et le suivi des patients atteints de maladies métaboliques chroniques ou de pathologies infectieuses.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.