Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Sida : fin de l’épidémie en 2030 dans les Alpes ?

Malgré de nouvelles contaminations tous les ans dans les Alpes, il est aujourd’hui possible d’envisager la fin de l’épidémie de sida pour 2030. C'est l'ambition affichée du Corevih Arc Alpin et de son président, le Professeur Olivier Épaulard, infectiologue au CHU Grenoble Alpes.

Malgré de nouvelles contaminations tous les ans dans les Alpes, il est aujourd’hui possible d’envisager la fin de l’épidémie de sida pour 2030. C’est l’ambition affichée du Corevih Arc Alpin et de son président, le Professeur Olivier Épaulard, infectiologue au CHU Grenoble Alpes.
"Audacieux mais pas impossible" soulignent le Corevih Arc Alpin et son président, le Professeur Olivier Épaulard, infectiologue au CHU Grenoble Alpes (CHUGA).  "Au niveau national, 130 000 personnes sont infectées par le VIH, et 6 000 personnes sont dépistées tous les ans. Sur le bassin de l’arc alpin, 2 600 personnes porteuses du VIH sont suivies, tandis qu’on estime à environ 400 personnes celles qui ne sont pas encore dépistées. En 2016, 77 nouvelles personnes ont été dépistées et prise en charge par le Corevih Arc Alpin (25 en Isère, 24 en Savoie, 28 en Haute-Savoie)" explique le Pr Olivier Epaulard. Et le médecin infectiologue de poursuivre:"Il est donc indispensable tant de renforcer encore la prévention et notamment auprès des personnes à risque que d’améliorer la prise en charge des patients".
Et si les chiffres sont relativement stables sur les dernières années, le Corevih Arc Alpin estime que la fin de l’épidémie du sida dans les Alpes en 2030 est un défi possible à relever, et ce pour plusieurs raison :
·Les traitements sont plus simples à prendre, ils permettent à toute personne traitée d’éviter le stade SIDA ;
· La durée de vie des personnes vivant avec le VIH s’allonge (rejoignant celle de la population générale) ;
· Les personnes traitées ne sont plus contagieuses après quelques mois ;
· Des moyens divers et combinés existent aujourd’hui pour s’en protéger – notamment les préservatifs et la mise à disposition du traitement préventif (PrEP) pour les personnes exposées.
Dans les faits, les acteurs du Corevih Arc Alpin s’engagent à :
· dépister toutes les personnes infectées ;
· traiter chacune d’entre eux/elles, afin d’éviter qu’il/elle n’évolue en stade SIDA ;
· stopper du même coup la survenue de nouveaux cas, puisque le traitement fait disparaître la contagiosité ;
· développer encore la prévention, dont la PrEP, pour éviter également tout nouveau cas ;
· et enfin faire disparaître toute discrimination envers les personnes vivant avec le VIH.
Et le Professeur Olivier Epaulard de conclure : "Zéro nouveau cas d’infection ; zéro cas de SIDA ; et zéro discrimination envers les personnes infectées en 2030. Ensemble, nous pouvons faire de ces objectifs ambitieux une réalité, chacun à notre niveau"
En savoir plus sur le Corevih Arc Alpin
Créée en 2008, le Corevih Arc Alpin est une organisation territoriale de référence pour l’ensemble des acteurs qui concourent à la lutte contre les Infections Sexuellement Transmissibles et le VIH dans les départements de l’Isère, la Savoie et la Haute-Savoie. Sous la tutelle de l’Agence Régionale de Santé Auvergne Rhône-Alpes, le Corevih Arc Alpin travaille à la prise en charge médicale, psychologique et sociale des patients infectés par le VIH.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.