Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Nancy, pionnier en biodiversité thérapeutique

Le jardin « art, mémoire et vie » du CHRU de Nancy, jardin thérapeutique unique en son genre en France, confirme son caractère innovant et sa spécificité d’espace de recherche sur les relations nature/santé, en s’engageant dans la biodiversité au service des patients et des citoyens. Nature, art et culture sont rassemblés dans cette parenthèse bucolique, ouverte en cœur de ville depuis 2010. Oasis de verdure et de sérénité pour les patients atteints de maladies neurodégénératives ou en séjours palliatifs, le jardin sert également de terrain d’études et d’observations scientifiques menées sous l’égide du Dr Thérèse Jonveaux, neurologue.

Le jardin « art, mémoire et vie » du CHRU de Nancy, jardin thérapeutique unique en son genre en France, confirme son caractère innovant et sa spécificité d’espace de recherche sur les relations nature/santé, en s’engageant dans la biodiversité au service des patients et des citoyens. Nature, art et culture sont rassemblés dans cette parenthèse bucolique, ouverte en cœur de ville depuis 2010. Oasis de verdure et de sérénité pour les patients atteints de maladies neurodégénératives ou en séjours palliatifs, le jardin sert également de terrain d’études et d’observations scientifiques menées sous l’égide du Dr Thérèse Jonveaux, neurologue. Avec le Dr Reinhard Fescharek, elle a imaginé ce nouveau concept qui inspire de nouvelles initiatives, au-delà des frontières hexagonales. Cette première en France confère au CHRU de Nancy et, à travers lui, au Sud Lorrain, un esprit pionnier et innovant dans la sauvegarde de l’environnement au service du plus grand nombre.
En Belgique, Gembloux Agro-Bio-Tech, une faculté de l’Université de Liège, spécialisée dans l’agronomie et l’ingénierie biologique, intéressée aux travaux scientifiques du CHRU de Nancy en matière d’environnement hospitalier, a engagé une coopération avec l’établissement sur la biodiversité en milieu thérapeutique. Autour du jardin « art, mémoire et vie » se sont retrouvés ses concepteurs, le docteur universitaire en science agronomique, Bach Kim Ng’uyen et l’équipe des espaces verts du CHRU pour améliorer les bénéfices d’un environnement préservé et durable sur la santé des patients. Après plusieurs semaines de recherche et d’études documentaires la décision a été prise de planter 2 000 pousses nouvelles doublant ainsi le nombre d’espèces sauvages sur le site. Les plantes vivaces ont été privilégiées et, pour s’inscrire dans la gestion durable du terrain, un guide sera rédigé sur cette « thérapie jardinière » !
Le challenge pour les agronomes belges a été aussi de préserver la dimension artistique et fondatrice du jardin : réunir dans un même espace tout ce qui mobilise les mécanismes cognitifs des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer dans leurs promenades, seuls ou aux côtés de leurs proches et des équipes soignantes. Cette opération biodiversité thérapeutique a vu plus de 65 nouvelles espèces, dont 38 sauvages, introduites dans le jardin. L’audit post aménagement relève la nette augmentation de la période de floraison et un accroissement de 127% de la biodiversité du jardin.
Dans quelques semaines la floraison sera effective et, à la rentrée de septembre 2019, des évaluations sur le terrain viendront enrichir cette étude observationnelle sur la biodiversité en milieu hospitalier.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.