Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Nouveau : oxygénothérapie auto-régulée par capteur branché sur le doigt

Plus de confort au repos et à l’effort pour le patient souffrant pneumopathies infectieuses aiguës ou d’insuffisance respiratoire chronique, un meilleur souffle et une diminution de la durée moyenne de séjour. Tels sont les avantages du nouvel appareil d’oxygénothérapie, FreeO2, « oxygène libre ». Son saturomètre (capteur) branché sur le doigt évalue en continue les besoins en oxygène du patient pour qu’il délivre la quantité d’oxygène nécessaire « sur commande de l’organisme ». Le service de Pneumologie1 du CHU de Toulouse est un des tout premiers centres en France à se doter d’une telle innovation
Plus de confort au repos et à l’effort pour le patient souffrant de pneumopathies infectieuses aigues ou d’insuffisance respiratoire chronique, un meilleur souffle et une meilleure adaptation aux besoins. Tels sont les avantages du nouvel appareil d’oxygénothérapie, FreeO2, « oxygène libre ». Son saturomètre (capteur) branché sur le doigt évalue en continue les besoins en oxygène du patient pour qu’il délivre la quantité d’oxygène nécessaire « sur commande de l’organisme ». Le service de Pneumologie du CHU de Toulouse (Pr Alain Didier – Chef de Service) est un des tout premiers centres en France à se doter d’une telle innovation.

Qu’est-ce que l’oxygénothérapie ?

L’oxygène de l’air, indispensable au bon fonctionnement de l’organisme, est absorbé naturellement par les poumons lors de la respiration. Dans certaines pathologies pulmonaires, les poumons ne sont plus capables d’absorber seuls cet oxygène. Il est donc indispensable de délivrer de l’oxygène « externe » au patient le nécessitant pour tout simplement les aider à mieux vivre : diminution de la fatigue et de l’essoufflement, amélioration du sommeil…

L’oxygénothérapie, un traitement anodin ?

Le souffle c’est la vie et sans oxygène pas de vie ! On aurait donc tendance à penser que plus nous respirons de l’oxygène (O2), mieux nous nous portons. Or, trop d’apport en oxygène est tout aussi dangereux que le manque d’oxygène : dans le premier cas on parle d’hyperoxie et dans le deuxième cas, d’hypoxie. S’il est évident que le manque d’oxygène (hypoxie) peut être dangereux, une hyperoxie peut l’être aussi et entraîner une hypercapnie, c’est-à-dire un excès de gaz carbonique dans le sang (CO2). En effet, comme l’O2, le CO2 est un gaz respiratoire et c’est l’équilibre des échanges CO2/O2 qui permet le fonctionnement normal de l’organisme. En situation d’hyperoxie (apport trop élevé d’oxygène), le système nerveux central veut rééquilibrer les échanges et augmente le CO2, d’où l’hypercapnie et son cortège de symptômes : dyspnée (gêne respiratoire), tachycardie, trouble de la conscience…. Il est donc essentiel pour les médecins de prescrire la « bonne dose » d’oxygène à délivrer pour éviter l’hypoxie ou l’hyperoxie. 

En pneumologie, plus de 80% des personnes hospitalisées ont besoin d’un apport en oxygène et 20 à 25% d’entre elles reviennent à domicile appareillés. De fait, une surveillance régulière, grâce à l’analyse des gaz du sang artériel, est indispensable pour être sûr que le patient ne sera ni en hypoxie ni en hyperoxie. La régulation instantanée assurée par FreeO2 représente donc une avancée pour les patients, du nouveau-né à l’adulte, nécessitant une oxygénothérapie, ponctuellement en situation aigue, en per ou post-opératoire ou de manière récurrente dans le cas d’une maladie chronique.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.