Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Nouveau : oxygénothérapie auto-régulée par capteur branché sur le doigt

Plus de confort au repos et à l’effort pour le patient souffrant pneumopathies infectieuses aiguës ou d’insuffisance respiratoire chronique, un meilleur souffle et une diminution de la durée moyenne de séjour. Tels sont les avantages du nouvel appareil d’oxygénothérapie, FreeO2, « oxygène libre ». Son saturomètre (capteur) branché sur le doigt évalue en continue les besoins en oxygène du patient pour qu’il délivre la quantité d’oxygène nécessaire « sur commande de l’organisme ». Le service de Pneumologie1 du CHU de Toulouse est un des tout premiers centres en France à se doter d’une telle innovation
Plus de confort au repos et à l’effort pour le patient souffrant de pneumopathies infectieuses aigues ou d’insuffisance respiratoire chronique, un meilleur souffle et une meilleure adaptation aux besoins. Tels sont les avantages du nouvel appareil d’oxygénothérapie, FreeO2, « oxygène libre ». Son saturomètre (capteur) branché sur le doigt évalue en continue les besoins en oxygène du patient pour qu’il délivre la quantité d’oxygène nécessaire « sur commande de l’organisme ». Le service de Pneumologie du CHU de Toulouse (Pr Alain Didier – Chef de Service) est un des tout premiers centres en France à se doter d’une telle innovation.

Qu’est-ce que l’oxygénothérapie ?

L’oxygène de l’air, indispensable au bon fonctionnement de l’organisme, est absorbé naturellement par les poumons lors de la respiration. Dans certaines pathologies pulmonaires, les poumons ne sont plus capables d’absorber seuls cet oxygène. Il est donc indispensable de délivrer de l’oxygène « externe » au patient le nécessitant pour tout simplement les aider à mieux vivre : diminution de la fatigue et de l’essoufflement, amélioration du sommeil…

L’oxygénothérapie, un traitement anodin ?

Le souffle c’est la vie et sans oxygène pas de vie ! On aurait donc tendance à penser que plus nous respirons de l’oxygène (O2), mieux nous nous portons. Or, trop d’apport en oxygène est tout aussi dangereux que le manque d’oxygène : dans le premier cas on parle d’hyperoxie et dans le deuxième cas, d’hypoxie. S’il est évident que le manque d’oxygène (hypoxie) peut être dangereux, une hyperoxie peut l’être aussi et entraîner une hypercapnie, c’est-à-dire un excès de gaz carbonique dans le sang (CO2). En effet, comme l’O2, le CO2 est un gaz respiratoire et c’est l’équilibre des échanges CO2/O2 qui permet le fonctionnement normal de l’organisme. En situation d’hyperoxie (apport trop élevé d’oxygène), le système nerveux central veut rééquilibrer les échanges et augmente le CO2, d’où l’hypercapnie et son cortège de symptômes : dyspnée (gêne respiratoire), tachycardie, trouble de la conscience…. Il est donc essentiel pour les médecins de prescrire la « bonne dose » d’oxygène à délivrer pour éviter l’hypoxie ou l’hyperoxie. 

En pneumologie, plus de 80% des personnes hospitalisées ont besoin d’un apport en oxygène et 20 à 25% d’entre elles reviennent à domicile appareillés. De fait, une surveillance régulière, grâce à l’analyse des gaz du sang artériel, est indispensable pour être sûr que le patient ne sera ni en hypoxie ni en hyperoxie. La régulation instantanée assurée par FreeO2 représente donc une avancée pour les patients, du nouveau-né à l’adulte, nécessitant une oxygénothérapie, ponctuellement en situation aigue, en per ou post-opératoire ou de manière récurrente dans le cas d’une maladie chronique.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”