Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Nouveau patient, Nouveau CHU : 15 propositions qui préfigurent le CHU de demain

Plus proche du patient, plus fort par ses coopérations, plus intégrateur de recherche, plus ouvert dans son enseignement : tel est le portrait du CHU de demain que viennent d’esquisser les directeurs généraux de CHU, les présidents de commissions médicales d’établissement de CHU et les doyens des facultés de médecine réunis à Bordeaux dans le cadre des XIIIèmes Assises Nationales Hospitalo-Universitaires, les 6 et 7 décembre 2012. A l’issue de leurs travaux, ils ont rendu public 15 propositions, formant le vœu que cette année encore leurs recommandations inspirent fortement les réformes attendues dans le monde hospitalo-universitaire.

Plus proche du patient, plus fort par ses coopérations, plus intégrateur de recherche, plus ouvert dans son enseignement : tel est le portrait du CHU de demain que viennent d’esquisser les directeurs généraux de CHU, les présidents de commissions médicales d’établissement de CHU et les doyens des facultés de médecine réunis à Bordeaux dans le cadre des XIIIèmes Assises Nationales Hospitalo-Universitaires, les 6 et 7 décembre 2012. A l’issue de leurs travaux, ils ont rendu public 15 propositions, formant le vœu que cette année encore leurs recommandations inspirent fortement les réformes attendues dans le monde hospitalo-universitaire.
Les 15 propositions

1. PROMOUVOIR le CHU ambulatoire, l’hospitalisation à temps complet n’étant réservée qu’aux situations les plus lourdes, notamment dans le cadre des missions de recours des CHU.

2. PENSER «parcours de soin», le CHU participant à sa juste place à la coordination de l’ensemble, créant un comité de liaison ville/hôpital et enrichissant les liens avec la médecine de ville y compris en matière de recherche.

3. INSCRIRE parmi les priorités du projet médical et du projet d’établissement le parcours de santé des personnes âgées en risque de perte d’autonomie, en créant là ou ce n’est pas encore le cas des pôles gériatriques et une commission de coordination gériatrique (associant médecins et soignants) auprès des instances dirigeantes du CHU.

4. FAVORISER la création des maisons médicales de garde à proximité des urgences de CHU associant médecine de ville, hôpital et université.

5. CONCEVOIR des plates-formes d’expertises pluridisciplinaires prolongeant et renforçant la dynamique actuelle de regroupement des plateaux techniques.

6. INCITER à une coopération intrarégionale entre CHU, CH et structures médico-sociales et à des coopérations interrégionales entre CHU pour les activités ultraspécialisées et les maladies rares.

7. RAPPROCHER la CME et la commission des relations avec les usagers pour élaborer une politique d’amélioration continue de la qualité et de la sécurité des soins, ainsi que les projets relatifs à l’accueil et à la prise en charge des patients.

8. DEVELOPPER une démarche de développement durable coordonnée dans chaque CHU.

9. S’INSPIRER du modèle des CHU du Québec pour développer des programmes de promotion de la santé personnalisés, conseiller les autorités et développer des programmes de recherche spécialisés en promotion de la santé.

10. INTRODUIRE comme socle de la formation initiale des médecins, les compétences « génériques » (travail en réseau, coopération, prévention, éthique, autoévaluation, communication…).

11. OUVRIR pour la formation des futurs médecins de nouveaux terrains de stages cliniques dans les hôpitaux non universitaires et chez les praticiens de proximité généralistes ou spécialistes: il faut relever le défi du «plus d’étudiants par enseignant, moins de lits par étudiants ».

12. SUSCITER l’émergence de nouveaux métiers au service du patient tant au niveau des plateaux techniques qu’en faveur d’une prise en charge pluridisciplinaire destinée notamment aux malades chroniques.

13. POURSUIVRE les expérimentations engagées entre l’Agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (Aeres) et quelques CHU en vue de l’indispensable évaluation de la recherche: il faut évaluer la recherche pour mieux la valoriser.

14. RESSERRER les liens entre les CHU et les autres acteurs de santé en région et en interrégion afin d’atteindre des objectifs plus ambitieux en matière d’enseignement et de recherche.

15. EXPLORER de nouveaux modèles d’organisation de la recherche en santé, au travers des départements hospitalo-universitaires (DHU) associant plus étroitement des équipes «interpôles ou multipôles», une ou plusieurs universités et les EPST.

En savoir plus sur les Assises Nationales Hospitalo-Universitaires   
Temps fort dans la vie des CHU, les Assises Nationales Hospitalo-Universitaires sont organisées par les conférences des directeurs généraux de CHU, des présidents de commission médicale d’établissement (CME) des Centres Hospitaliers Régionaux et Universitaires et des doyens des facultés de médecine, d’odontologie et de pharmacie. A tour de rôle, elles assurent la coordination des travaux préparatoires. Cette année, cette mission a été confiée à la Conférence des directeurs généraux de CHU. Les Assises offrent aux responsables des hôpitaux universitaires l’occasion de confronter leurs visions prospectives et d’élaborer ensemble des recommandations qui sont présentées aux Autorités de tutelle. L’expérience montre que ces préconisations ont inspiré nombre de réformes hospitalières, faisant de ces journées un rendez-vous incontournable des personnalités politiques et experts du monde de la santé.

A lire sur le même sujet

Les CHU se régénèrent aux Assises

XIIIèmes Assises Nationales Hospitalo-Universitaires : les abstracts en ligne

Les CHU en chiffres 2008-2011
XIIIèmes Assises Nationales Hospitalo-Universitaires : le programme XIIIèmes Assises Nationales Hospitalo-Universitaires – Bordeaux, 6 et 7 décembre 2012
Les CHU en congrès à Bordeaux, les 6 et 7 décembre 2012
La valeur ajoutée de l’hôpital universitaire

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”