Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Nouvelle alliance contre le cancer

Le 2 septembre 2004, Monsieur le professeur Jean Faivre, président de la Fédération nationale de cancérologie des centres hospitaliers régionaux et universitaires (FNC-CHRU), et Monsieur le professeur Thomas Tursz, président de la Fédération nationale des centres régionaux de lutte contre le cancer (FNCLCC), signeront l'Accord cadre relatif à la constitution des Groupements de coopération sanitaire (GCS) en cancérologie, associant CHRU et CRLCC. Ce rapprochement historique se déroulera sous la présidence de Monsieur Couty, directeur de l'hospitalisation et de l'organisation des soins.

Le 2 septembre 2004, Monsieur le professeur Jean Faivre, président de la Fédération nationale de cancérologie des centres hospitaliers régionaux et universitaires (FNC-CHRU), et Monsieur le professeur Thomas Tursz, président de la Fédération nationale des centres régionaux de lutte contre le cancer (FNCLCC), signeront l’Accord cadre relatif à la constitution des Groupements de coopération sanitaire (GCS) en cancérologie, associant CHRU et CRLCC.

Ce rapprochement historique se déroulera sous la présidence de Monsieur Couty, directeur de l’hospitalisation et de l’organisation des soins, de Monsieur Evin, président de la Fédération hospitalière de France, de Monsieur Castel, président de la Conférence des directeurs généraux de CHRU, de Monsieur le professeur Fuentes, président de la Conférence des présidents de commissions médicales d’établissement de CHRU, de Monsieur le professeur Charpentier, président de la Conférence des doyens de faculté de médecine, de Monsieur le professeur Maraninchi, past-president de la FNCLCC, de Monsieur le Professeur Philip, président délégué à l’Europe pour la FNCLCC, de Monsieur Maigne, délégué général de la FNCLCC et des membres du Bureau fédéral, de Messieurs les professeurs Daly-Schveitzer, Bey, Leclercq et Dauplat.

L’Accord cadre national définit les fondements des nouvelles collaborations entre CRLCC et CHRU ; alliances que le Président de la République avait appelées de ses voeux lors de la présentation du « Plan contre le cancer », le 24 mars 2002.

Les groupements de coopération sanitaire s’inscrivent dans le cadre des pôles régionaux de cancérologie, en liaison avec les Fédérations représentatives de la cancérologie (Fédération de cancérologie des centres hospitaliers généraux, FEHAP, UNHPC).

Regrouper forces et expertises dans le cadre de pôles régionaux de cancérologie
L’Accord cadre repose sur la ferme volonté des CHRU et des centres de lutte contre le cancer de mettre en oeuvre un partenariat équilibré et pérenne. Les centres de lutte contre le cancer et les centres hospitaliers régionaux et universitaires constitueront ensemble, en tant que groupements de coopération sanitaire, les noyaux durs des nouveaux pôles de référence et de recours régionaux en cancérologie.
Des centres hospitaliers ou des cliniques hautement spécialisés en cancérologie pourront être associés à ces nouvelles structures.

Coordonner les moyens pour réaliser des projets communs
Les groupements de coopération sanitaire permettront de « dépasser un cloisonnement artificiel » par une organisation collective plus efficiente dont les maîtres mots sont : mise en cohérence des stratégies médicales au travers d’un projet médical commun, développement d’un dossier médical communiquant, harmonisation des pratiques, optimisation du plateau technique et des équipements structurants.
Un atout pour le patient à qui le groupement de coopération sanitaire garantit la même qualité des soins, quelle que soit sa porte d’entrée dans le système de soins.

La formation et la recherche menées par les CHRU et les CRLCC seront mutualisées au sein d’un comité régional d’interface.

Adopter le principe de la parité dans les instances de gouvernance
A la tête du groupement : une Assemblée générale où siègent à parité les représentants des deux partenaires institutionnels. Le groupement peut assurer la gestion directe de moyens ou d’activités par le biais d’un Conseil de gestion spécifique. La représentation des membres au sein de ce conseil est proportionnelle à leur apport.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”