Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Nouvelle alliance contre le cancer

Le 2 septembre 2004, Monsieur le professeur Jean Faivre, président de la Fédération nationale de cancérologie des centres hospitaliers régionaux et universitaires (FNC-CHRU), et Monsieur le professeur Thomas Tursz, président de la Fédération nationale des centres régionaux de lutte contre le cancer (FNCLCC), signeront l'Accord cadre relatif à la constitution des Groupements de coopération sanitaire (GCS) en cancérologie, associant CHRU et CRLCC. Ce rapprochement historique se déroulera sous la présidence de Monsieur Couty, directeur de l'hospitalisation et de l'organisation des soins.

Le 2 septembre 2004, Monsieur le professeur Jean Faivre, président de la Fédération nationale de cancérologie des centres hospitaliers régionaux et universitaires (FNC-CHRU), et Monsieur le professeur Thomas Tursz, président de la Fédération nationale des centres régionaux de lutte contre le cancer (FNCLCC), signeront l’Accord cadre relatif à la constitution des Groupements de coopération sanitaire (GCS) en cancérologie, associant CHRU et CRLCC.

Ce rapprochement historique se déroulera sous la présidence de Monsieur Couty, directeur de l’hospitalisation et de l’organisation des soins, de Monsieur Evin, président de la Fédération hospitalière de France, de Monsieur Castel, président de la Conférence des directeurs généraux de CHRU, de Monsieur le professeur Fuentes, président de la Conférence des présidents de commissions médicales d’établissement de CHRU, de Monsieur le professeur Charpentier, président de la Conférence des doyens de faculté de médecine, de Monsieur le professeur Maraninchi, past-president de la FNCLCC, de Monsieur le Professeur Philip, président délégué à l’Europe pour la FNCLCC, de Monsieur Maigne, délégué général de la FNCLCC et des membres du Bureau fédéral, de Messieurs les professeurs Daly-Schveitzer, Bey, Leclercq et Dauplat.

L’Accord cadre national définit les fondements des nouvelles collaborations entre CRLCC et CHRU ; alliances que le Président de la République avait appelées de ses voeux lors de la présentation du « Plan contre le cancer », le 24 mars 2002.

Les groupements de coopération sanitaire s’inscrivent dans le cadre des pôles régionaux de cancérologie, en liaison avec les Fédérations représentatives de la cancérologie (Fédération de cancérologie des centres hospitaliers généraux, FEHAP, UNHPC).

Regrouper forces et expertises dans le cadre de pôles régionaux de cancérologie
L’Accord cadre repose sur la ferme volonté des CHRU et des centres de lutte contre le cancer de mettre en oeuvre un partenariat équilibré et pérenne. Les centres de lutte contre le cancer et les centres hospitaliers régionaux et universitaires constitueront ensemble, en tant que groupements de coopération sanitaire, les noyaux durs des nouveaux pôles de référence et de recours régionaux en cancérologie.
Des centres hospitaliers ou des cliniques hautement spécialisés en cancérologie pourront être associés à ces nouvelles structures.

Coordonner les moyens pour réaliser des projets communs
Les groupements de coopération sanitaire permettront de « dépasser un cloisonnement artificiel » par une organisation collective plus efficiente dont les maîtres mots sont : mise en cohérence des stratégies médicales au travers d’un projet médical commun, développement d’un dossier médical communiquant, harmonisation des pratiques, optimisation du plateau technique et des équipements structurants.
Un atout pour le patient à qui le groupement de coopération sanitaire garantit la même qualité des soins, quelle que soit sa porte d’entrée dans le système de soins.

La formation et la recherche menées par les CHRU et les CRLCC seront mutualisées au sein d’un comité régional d’interface.

Adopter le principe de la parité dans les instances de gouvernance
A la tête du groupement : une Assemblée générale où siègent à parité les représentants des deux partenaires institutionnels. Le groupement peut assurer la gestion directe de moyens ou d’activités par le biais d’un Conseil de gestion spécifique. La représentation des membres au sein de ce conseil est proportionnelle à leur apport.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Un nouveau robot chirurgical au CHU de Poitiers

Le mois dernier, le CHU de Poitiers s’est doté du nouveau robot chirurgical Da Vinci X. Une technologie qui permet à plusieurs de ses services de multiplier le nombre d’opérations mais également de développer de nouvelles perspectives pour certaines spécialités.

Une rencontre automobile contre le cancer à Poitiers

Le 30 mai dernier, le CHU de Poitiers célébrait l’ouverture de la 30e édition de l’événement automobile 500 Ferrari contre le cancer, organisé tous les ans par l’association Sport et Collection et le Rotary Club Sud-Vienne, au profit de la recherche contre le cancer. Une manifestation devenue une tradition, et qui accueille depuis 1995 quinze à vingt mille personnes. En l’espace de quelques jours, plus d’un millier de véhicules de prestige ont ainsi été réunis.

Au CHU de Rouen, on forme grâce à la réalité virtuelle

La semaine dernière, le CHU de Rouen annonçait l’acquisition d’un système de vidéo projection immersif et interactif au sein de son centre d’entraînement et de formation par simulation, le Medical Training Center. L’objectif principal : optimiser la préparation des professionnels aux situations sanitaires exceptionnelles et/ou à risques grâce à un outil de réalité virtuelle.

Les CHU à SantExpo : la prévention puissance dix 

La semaine dernière, nous étions présents, pour la troisième année consécutive, sur le stand des CHU de France à SantExpo. Une session placée sous le signe de la prévention avec, au programme, de nombreuses tables rondes accueillant spécialistes et personnalités autour de sujets tels que la transformation écologique, l’attractivité ou encore la cybersécurité. Nous vous proposons de revenir sur dix moments forts.