Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Ophtalmologie : le CHU de Clermont-Ferrand renforce son équipement de chirurgie réfractive au laser

Le service Ophtalmologie du CHU de Clermont-Ferrand met en œuvre une avancée technologique pour la chirurgie réfractive au laser. Cette opération de correction de la vue nécessite une plateforme chirurgicale de qualité, qui désormais, prend en compte la dernière avancée "transépithélial PKR". Celle-ci permet de réaliser la désépithélialisation au laser, c’est-à-dire d’enlever la partie superficielle de la cornée pour pouvoir faire pénétrer plus profondément le rayon dans les tissus de l’œil. Cette technique était anciennement réalisée de façon mécanique par le chirurgien.
Le service Ophtalmologie du CHU de Clermont-Ferrand met en œuvre une avancée technologique pour la chirurgie réfractive au laser. Cette opération de correction de la vue nécessite une plateforme chirurgicale de qualité, qui désormais, prend en compte la dernière avancée "transépithélial PKR". Celle-ci permet de réaliser la désépithélialisation au laser, c’est-à-dire d’enlever la partie superficielle de la cornée pour pouvoir faire pénétrer plus profondément le rayon dans les tissus de l’œil. Cette technique était anciennement réalisée de façon mécanique par le chirurgien.
La chirurgie réfractive au laser s’adresse aux patients souffrant d’amétropies opérables comme la myopie, l’hypermétropie, l’astigmatisme ou la presbytie, leur permettant de se libérer partiellement ou totalement des corrections optiques lunettes ou lentilles de contact.

Deux grands procédés de chirurgie réfractive

Il existe principalement deux techniques qui permettent de corriger la vue : la PKR (laser de surface) et le Lasik (laser en profondeur).
La PKR remodèle la cornée en surface. Cette technique consiste à appliquer le laser après avoir enlevé la couche superficielle de la cornée. Il s’agit d’une technique moins invasive mais plus douloureuse en postopératoire immédiat. La récupération visuelle est plus longue. Elle nécessite au minimum 10 à 15 jours de récupération visuelle.
Le Lasik 100% laser est une technique qui comprend l’intervention de deux lasers et permet un remodelage de la cornée en profondeur. Cette technique est la plus invasive. Elle nécessite deux étapes avec deux lasers différents : la découpe d’un capot cornéen par un laser femtoseconde, puis un second laser (Excimer) sculpte dans l’épaisseur de la cornée. Cette technique est peu douloureuse en postopératoire et permet une récupération visuelle très rapide.
Pour en savoir plus : La Chirurgie réfractive au laser

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.