Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Ouverture d’une unité de soins palliatifs

Le 14 décembre 2009, le Centre Hospitalier Universitaire de Grenoble a ouvert une unité de dix lits d'hospitalisation en soins palliatifs (USP). Cette création se situe dans la continuité d'une dynamique de soins palliatifs engagée au CHU de Grenoble depuis plus de 20 ans sous l'impulsion du Pr Schaerer, oncologue médical, qui créait dès 1990 la 2e équipe mobile de soins palliatifs de France.

Le 14 décembre 2010, le Centre Hospitalier Universitaire de Grenoble a ouvert une unité de dix lits d’hospitalisation en soins palliatifs (USP). Cette création se situe dans la continuité d’une dynamique de soins palliatifs engagée au CHU de Grenoble depuis plus de 20 ans sous l’impulsion du Pr Schaerer, oncologue médical, qui créait dès 1990 la 2e équipe mobile de soins palliatifs de France.

C’est avec la Fédération des Activités de Soins Palliatifs et de Soins de Support présidée par le Pr Jacques LEBEAU et le Dr Guillemette LAVAL, responsable de l’Equipe Mobile de Soins Palliatifs (EMSP) depuis sa création, avant de devenir responsable de la clinique de Soins Palliatifs et de Coordination en Soins de Support, que la communauté médicale et la Direction ont construit ce projet, avec le soutien de l’Agence Régionale d’Hospitalisation Rhône-Alpes.

Située au 3e étage du pavillon Elisée Chatin, facilement accessible par le tramway et environné par un ilot de verdure, l’unité a été entièrement rénovée pour offrir les meilleures conditions d’accueil : chambres individuelles équipées de télévision et réfrigérateur personnel, lit d’appoint pour la famille, salon d’accueil pour permettre à l’entourage de prendre une pause dans un cadre agréable.

L’Unité de Soins Palliatifs est rattachée au pôle de Cancérologie du CHU de Grenoble dirigé par M. le Pr Jean-Yves CAHN. Elle constitue, avec l’Equipe Mobile de Soins Palliatifs (EMSP), la clinique de Soins Palliatifs et de Coordination en Soins de Support.

Pôle de référence et de recours, l’unité prend en charge des patients âgés de plus de 15 ans en phase palliative ou terminale d’une maladie engageant le pronostic vital quels que soient la pathologie (cancer, pathologie neuro-dégénérative…) et le lieu d’origine (domicile, service hospitalier et autre établissement de soins).

Sous la responsabilité du Docteur Nicolas Beziaud, l’équipe engagée autour du malade et de ses proches est une équipe pluridisciplinaire de professionnels formés et exclusivement dédiés aux Soins palliatifs. Des bénévoles d’accompagnement de l’association JALMAV présidée par Mme Lugan, sont associés au quotidien à son travail, dans le cadre d’une convention d’intervention signée avec le CHU.

L’USP assure 3 missions principales : clinique, enseignement et recherche
Les soins sont centrés sur une approche globale prenant en compte :
– la prise en charge de la douleur, des autres symptômes, des difficultés psychologiques et sociales,
– les questionnements éthiques autour du projet thérapeutique,
– le confort et la qualité de vie du patient,
– le soutien de l’entourage.

La mission d’enseignement et de recherche concerne toute la discipline des soins palliatifs. L’accueil des stagiaires en formation initiale et continue, de même que pour la formation au diplôme d’étude supérieure spécialisée complémentaire (DESC) Médecine de la douleur/Médecine palliative (médecins, paramédicaux, psychologues, travailleurs sociaux…) constitue un premier axe de priorité. La recherche clinique biomédicale sera également privilégiée.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”