Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Pancréas artificiel : dernière expérimentation à Lyon avant commercialisation

La révolution est en marche pour les diabétiques! C'est parti depuis le 23 mai pour encore 3 mois de test dans le cadre d'une dernière étude clinique menée par les Hospices civils de Lyon (HCL). 6 patients de la région, suivis par le service d’endocrinologie du Centre Hospitalier Lyon Sud-HCL testeront le dispositif dans le cadre du programme Diabeloop. Dernière ligne droite avant la commercialisation du pancréas artificiel made in France.

La révolution est en marche pour les diabétiques! C’est parti depuis le 23 mai pour encore 3 mois de test dans le cadre d’une dernière étude clinique menée par les Hospices civils de Lyon (HCL). 6 patients de la région, suivis par le service d’endocrinologie du Centre Hospitalier Lyon Sud-HCL testeront le dispositif dans le cadre du programme Diabeloop. Dernière ligne droite avant la commercialisation du pancréas artificiel made in France.

Comment ça marche ? 

«Il ne s’agit pas d’un organe implanté dans le corps», explique le Pr  Charles Thivolet chef du service d’endocrinologie du Centre Hospitalier  Lyon Sud. «Les patients auront une micropompe à insuline de 32g fixée  sur eux, un capteur et un Smartphone, c’est tout !» Le capteur de glucose  est connecté au Smartphone et mesure en continu le taux de sucre dans le  sang. C’est à partir des informations du capteur que le Smartphone commande  grâce à un algorithme spécifique la pompe à insuline.  « C’est là que le pancréas artificiel fait la différence car il s’adapte en  permanence à la situation. En général un diabétique doit manipuler 7 à 8 fois par  jour sa pompe, et s’il se trompe dans les doses il peut faire une hypoglycémie  (tremblements, sueurs, malaise). Ici c’est le système qui gère le tout comme un  « vrai » pancréas. ». Dans une 1ère étude, en 2016, la moyenne de glycémie avec  le pancréas artificiel était nettement meilleure par rapport à des pompes à  insuline pré-programmées manuellement.

Un énorme espoir pour les diabétiques 

Cette bonne nouvelle intervient alors que la prévalence du diabète a doublé  depuis les années 80. Près de 200 000 personnes en France sont touchées par le  diabète de type 1, c’est-à-dire que leur pancréas ne fabrique pas l’insuline. A  terme, une glycémie mal contrôlée peut entraîner la cécité, une insuffisance  rénale, des accidents cardiovasculaires ou des amputations de membres  inférieurs.  

Le programme Diabeloop c’est tout d’abord un consortium qui a su fédérer les compétences des  ingénieurs du CEA-Leti, de la société Cellnovo avec sa micropompe d’insuline connectée, de  l’équipe du CERITD à Evry initiatrice du projet, et des cliniciens des 10 principaux centres français  d’initiation de pompe dans le diabète 1. C’est aussi une innovation technologique avec le mariage  de l’intelligence artificielle embarquée et d’outils connectés. C’est enfin l’ouverture vers la santé  numérique du patient diabétique. Les données des patients sont en effet analysables en temps réel, permettant un télésuivi.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.