Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Partenariat médecine-chirurgie-obstétrique/médecine suite-réadaptation

Afin de réduire l'engorgement des services des urgences, de médecine, de chirurgie et d'obstétrique du Centre hospitalier universitaire de Limoges par des malades trop lourds médicalement pour un retour à domicile ou un passage en service de suite classique, un service de suite intermédiaire (SSR pluri spécialisé) à durée moyenne de séjour(15 jours). Les résultats à 5 ans sont positifs. Le court séjour médecine-chirurgie-obstétrique a vu se dégager annuellement l'équivalent de 8 000 journées ou 1 600 entrées supplémentaires avec abaissement de leur durée moyenne de séjour et du taux de réhospitalisation en CHU.

Afin de réduire l’engorgement des services des urgences, de médecine, de chirurgie et d’obstétrique du Centre hospitalier universitaire de Limoges par des malades trop lourds médicalement pour un retour à domicile ou un passage en service de suite classique, un service de suite intermédiaire (SSR pluri spécialisé) à durée moyenne de séjour(15 jours). Les résultats à 5 ans sont positifs. Le court séjour médecine-chirurgie-obstétrique a vu se dégager annuellement l’équivalent de 8 000 journées ou 1 600 entrées supplémentaires avec abaissement de leur durée moyenne de séjour et du taux de réhospitalisation en CHU.

En 1998, les services des urgences et MCO du CHU de Limoges fonctionnaient à flux tendu. La durée moyenne de séjour (DMS) était de plus en plus longue en l’absence de structure hospitalière intermédiaire capable de prendre en charge des malades relativement lourds et dont l’état était incompatible avec un retour à domicile ou une prise en charge par des structures de suite tels que moyens et longs séjours.

Pour pallier cette situation difficile, le CHU de Limoges a programmé, dans son plan médical, le positionnement du service de médecine de suite d’aigu (MSA) en service SSR pluri spécialisé s’articulant avec les services aigus suivant trois lignes directrices :
· Réduire le temps d’accès en MSA à moins de 48 heures et assurer un turn-over rapide des patients (DMS de 15 jours à terme),
· Préserver la continuité et la qualité de soins en instituant, pour la première fois en CHU, un vrai partenariat institutionnel entre services d’aigu et de suite, évalué annuellement, avec visites hebdomadaires des médecins de MCO en MSA, staff, protocoles, formation des personnels médicaux et paramédicaux communs. Le service a été sectorisé en trois unités, cancérologie hématologie de suite, orthopédie traumatologie de suite et polypathologie de suite afin d’optimiser l’accueil en fonction des pathologies,
· Garantir aux patients à leur sortie de MSA un projet social performant (débuté en amont) soit vers un retour à domicile (80 % des cas), soit un transfert vers les partenaires d’aval ou d’autres établissements périphériques.

Ce schéma organisationnel innovant a porté rapidement ses fruits : le nombre de patients de MSA passant de 640/an (avec 80 lits) à 1 000/an (avec 67 lits) avec DMS en chute (23 contre 34), c’est donc en MCO l’équivalent de près de 8 000 journées/an(hospitalisation supérieure à 24 h) et donc 1 600 entrées supplémentaires qui ont pu ainsi être potentiellement réalisées avec baisse de la DMS et du taux de réhospitalisation précoce au CHU.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”