Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Passage aux urgences des personnes âgées : le CHU Amiens-Picardie optimise ses pratiques

Pour améliorer la prise en soins des personnes âgées résidant en maison de retraite, les professionnels de l’EHPAD Les Hortillons et des urgences du CHU Amiens-Picardie ajustent leurs pratiques avec le projet régional ASSURE.
Pour améliorer la prise en soins des personnes âgées résidant en maison de retraite, les professionnels de l’EHPAD Les Hortillons et des urgences du CHU Amiens-Picardie ajustent leurs pratiques avec le projet régional ASSURE.

C’est dans un contexte de crise et d’engorgement des structures d’urgences que le projet ASSURE (Amélioration des SoinS d’URgence en EHPAD), initié par l’ARS Hauts-de-France et porté par le Groupe Hospitalier Loos-Haubourdin a été mis en place en collaboration entre de nombreux acteurs pluridisciplinaires des Hauts de France : CHU de Lille et d’Amiens, Association des médecins coordonnateurs de Picardie, l’association des urgentistes Nord/Pas de Calais Collège de Médecine d’Urgence 59-62 et des professionnels d’EHPAD … L’objectif est d’améliorer la coordination des soins entre établissements de santé et EHPAD.
Les transferts d’établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes vers les urgences non programmées potentiellement évitables et inappropriées, ont un impact négatif sur les personnes âgées fragiles ou dépendantes et favorisent le déclin fonctionnel et cognitif. Mieux prendre en soins les personnes âgées relève de plusieurs stratégies complémentaires : la prise en charge optimale des maladies chroniques et des syndromes gériatriques par les médecins traitants, et d’autre part, de la mise en place par les EHPAD de politiques de prévention des risques et d’alternatives à l’hospitalisation.

Améliorer la coordination

Les liens plus forts créés entre les services des urgences et la gériatrie et l’utilisation d’outils innovants participent à un juste et optimal recours aux structures d’urgences notamment des personnes âgées dans le contexte d’engorgement des urgences et de vieillissement démographique.
Le projet d’Amélioration des SoinS d’URgence (ASSURE), spécifique aux établissements d’hébergement pour personnes âgées (EHPAD), a pour objectifs de former aux bons réflexes dans les situations les plus fréquentes de recours au SAMU ou centre 15 et d’améliorer la coordination des soins entre établissements de santé et EHPAD.
Le CHU Amiens-Picardie participe au comité de pilotage qui associe également le CHU de Lille, le Groupe Hospitalier Loos Haubourdin, l’association des urgentistes Nord/Pas de Calais, l’association des médecins coordonnateurs de Picardie, l’ORU et des professionnels d’EHPAD.

Formation des professionnels

Le kit d’outils spécifiques comprend des fiches pratiques pour les personnels des deux secteurs concernés : fonctionnement des structures d’urgences, conduites à tenir en cas d’urgence (1), fonctionnement des EHPAD. Ce kit s’accompagne d’outils pédagogiques: grille de retour d’expérience, affiches, flyers à destination des médecins, ou encore un jeu de cartes-jeu de rôle baptisé Cluehpad.
Des trinômes gériatre -urgentiste- médecin coordonnateur d’Ehpad ont été formés sur la région Picardie par le Pr Christine AMMIRATI chef du service des urgences et par le Pr Frédéric BLOCH, chef du service de gériatrie du CHU Amiens-Picardie selon une formule « train the trainer » ou « forme le formateur ». Ce projet est décliné sur les 49 sites d’urgences et les 24 filières gériatriques du territoire accompagnés des 2 Chargés de mission financés par l’ARS Hauts-de France.
Afin de sensibilisation et former à l’utilisation du kit « réflexe » toutes les équipes de toutes ces structures, chacun des trinômes formés ira à son tour former un trinôme -directeur, médecin coordonnateur et cadre de santé ou infirmière coordinatrice dans chaque EHPAD du territoire.
1 – Dix-neuf fiches "Conduites à tenir" ont par exemple été élaborées sur les sujets suivants : Résident douloureux ; Chute ; Fièvre ; Plaie ; Hypoglycémie ; épistaxis (saignement de nez) ; Difficulté respiratoire ; Douleur thoracique ; Comportement aigu/Agitation inhabituelle ; Convulsion  ; Maux de têtes importants ; Douleurs abdominales ; Arrêt prolongé des selles ; Diarrhées aiguës ; Vomissements ; Peu ou pas d’urines ; Traumatisme crânien ; Grosse jambe chaude et Crise suicidaire.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”