Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Personnes sourdes : une unité d’accueil et de soins dédiée

L'Unité d'Accueil et de Soins pour Sourds dispose de ses locaux officiels depuis quelques semaines au CHU de Nancy. Elle vient ainsi prendre une place à part entière aux côtés des 12 autres Unités actuellement en fonctionnement en France. Un aménagement en guise d'anniversaire puisqu'il y a 5 ans exactement qu'a eu lieu la première consultation en Langue des Signes Française dans l'établissement.

L’Unité d’Accueil et de Soins pour Sourds dispose de ses locaux officiels depuis quelques semaines au CHU de Nancy. Elle vient ainsi prendre une place à part entière aux côtés des 12 autres Unités actuellement en fonctionnement en France. Un aménagement en guise d’anniversaire puisqu’il y a 5 ans exactement qu’a eu lieu la première consultation en Langue des Signes Française dans l’établissement.

Installée désormais au sein de l’hôpital Saint Julien à Nancy, l’équipe est formée à la pratique de la LSF et vient en appui aux patients sourds profonds pour qui la lecture labiale et l’écrit ne sont pas suffisants et restent source de malentendus majeurs. Le rayonnement de l’Unité est régional et deux demi-journées par semaine, ses locaux sont ouverts à des patients qui revendiquent une culture originale.

Les locaux sentent le neuf : peintures fraîches, pièces dédiées (salle d’attente, cabinet de consultation, secrétariat, pièce de réunion), ameublement d’occasion mais fonctionnel dû à la solidarité en deçà et au-delà du CHU de Nancy, équipement informatique lié à un contrat passé avec l’INRIA (Institut National de la Recherche en Informatique et en Automatique qui prête du matériel sur le long terme). L’équipe de l’Unité d’Accueil et de Soins pour Sourds de l’établissement lorrain est aujourd’hui dans ses murs. En conformité avec la charte nationale de constitution et de fonctionnement des Unités d’Accueil, elle est composée d’un médecin, d’une secrétaire, d’une infirmière, d’un professionnel sourd et d’un interprète. Tous pratiquent la LSF et leurs missions vont de la consultation généraliste, à l’insertion dans le parcours de soin avec le médecin traitant ou encore à l’accompagnement dans le parcours de soins hospitaliers.

Comme les autres, les patients sourds ont aujourd’hui des attentes nouvelles vis-à-vis de la prise en charge de leur santé à la nuance près que leur niveau de connaissances est inférieur à la moyenne du public entendant suite à l’isolement dans lequel ils ont été longtemps tenus. Le besoin de comprendre les symptômes, les traitements, la prévention en fait un public légitimement exigeant auquel il faut apporter des réponses. C’est pourquoi, l’Unité d’Accueil et de Soins pour Sourds du CHU de Nancy organise régulièrement des conférences traduites en LSF abordant des thématiques ciblées. L’anatomie, le diabète, la maladie d’Alzheimer ont été à l’ordre du jour mais aussi la traduction des termes médicaux, actualisée régulièrement par un groupe d’experts nationaux recrutés dans les établissements hospitaliers.

En 2008, l’Unité d’Accueil et de Soins pour Sourds du CHU de Nancy a effectué 200 consultations médicales et plus de 600 actes d’accompagnement de santé : un chiffre de consultation encore insuffisant pour obtenir la totalité de la subvention ministérielle qui exige au minimum 500 consultations. L’enjeu majeur pour toute l’équipe de l’Unité qui doit désormais se faire connaître. Communication territoriale d’abord, avec un souhait de délocalisation régionale de certaines consultations ainsi que le projet de conventions avec des établissements privés, mais aussi communication interne au CHU. Actions internes ensuite avec des initiatives de formation où une vingtaine de personnes volontaires des différents services a suivi un module d’initiation de trois semaines sur la communication avec les sourds et la LSF. Déjà les années passées, des volontaires de l’Institut de Formation des Soins Infirmiers, de l’Ecole de Sages femmes et de la Faculté de Médecine de Nancy avaient suivi cette formation.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.