Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Poitiers – Le Blanc : axe de coopération sanitaire en plein essor

La convention signée le 4 août dernier entre le CHU de Poitiers et le Centre hospitalier du Blanc est un gage de sécurité et d'excellence pour les 35 000 habitants de la Brenne. Grâce à ce partenariat le CH du Blanc conforte sa position d'hôpital de proximité ET de recours dans la mesure où il peut désormais proposer des consultations expertes voire même des interventions innovantes. Ainsi, en cas de calculs, de hernies, de maladies et troubles de l'appareil génital, les patients n'auront plus à parcourir 60 kms, ils bénéficieront sur place de l'expertise du Pr Michel Carretier et du Dr Jean-Pierre Faure du service de chirurgie viscérale du CHU de Poitiers qui les recevront en consultation au Blanc une fois par semaine, aussi bien pour la cancérologie digestive que pour des pathologies bénignes. La chirurgie carcinologique sera effectuée au CHU de Poitiers mais les interventions chirurgicales et laparaloscopiques auront lieu dans l'une des 5 salles de bloc du CH du Blanc. Elles se dérouleront tous les 15 jours pour des pathologies non cancéreuses, des cures de hernies, d'éventration, colosectomie et chirurgie colique pour pathologies bénignes. Les patients bénéficieront des techniques mini-invasives de coeliochirurgie.

La convention signée le 4 août dernier entre le CHU de Poitiers et le Centre hospitalier du Blanc est un gage de sécurité et d’excellence pour les 35 000 habitants de la Brenne. Grâce à ce partenariat le CH du Blanc conforte sa position d’hôpital de proximité ET de recours dans la mesure où il peut désormais proposer des consultations expertes voire même des interventions innovantes. Ainsi, en cas de calculs, de hernies, de maladies et troubles de l’appareil génital, les patients n’auront plus à parcourir 60 kms, ils bénéficieront sur place de l’expertise du Pr Michel Carretier et du Dr Jean-Pierre Faure du service de chirurgie viscérale du CHU de Poitiers qui les recevront en consultation au Blanc une fois par semaine, aussi bien pour la cancérologie digestive que pour des pathologies bénignes. La chirurgie carcinologique sera effectuée au CHU de Poitiers et les interventions chirurgicales et laparaloscopiques seront réalisées dans l’une des 5 salles de bloc du CH du Blanc. Elles auront lieu tous les 15 jours pour des pathologies non cancéreuses, des cures de hernies, d’éventration, colosectomie et chirurgie colique pour pathologies bénignes. Les patients bénéficieront des techniques mini-invasives de coeliochirurgie.

La coopération CHU de Poitiers / CH du Blanc a été initiée en 2008 avec l’ouverture de consultations avancées de cancérologie digestive assurées le Pr Michel Carretier, oncologue au CHU de Poitiers. Ce partenariat se déroule dans le droit fil des Communautés hospitalières de territoires promues par la loi HPST. «En partageant ses compétences, le CHU de Poitiers contribue à une répartition plus équitable de l’offre de soins sur tout le territoire» rappelle son directeur général, Jean-Pierre Dewitte.

Quant au CH du Blanc, il accroît son attractivité en apportant une réponse thérapeutique de qualité en cancérologie et chirurgie à une population rurale qui, sans ces accords, devrait se rendre dans un autre établissement situé à plus d’une heure de route, qu’il s’agisse de Châteauroux, de Poitiers, ou de Tours. Cette convention intervient au moment où l’avenir des services de chirurgie est scellé par leur seuil d’activité ; celui-ci devant obligatoirement dépasser les 1 500 séjours chirurgicaux. En diminuant le taux de fuite, la coopération avec Poitiers garantit la pérennité du pôle chirurgical du CH du Blanc. Sa directrice Joëlle Gabilleau prévoit plus de 150 interventions à l’année soit 1 600 au total. L’hôpital du Blanc n’est donc pas concerné par ces fermetures.
Le partenariat avec le CHU de Poitiers conforte l’organisation chirurgicale et anticipe les fonctionnements prévus dans les projets de décret relatif aux autorisations d’activité de soins en chirurgie ; c’est aussi le préambule à une organisation en Fédération Médicale Inter hospitalière avec le Centre hospitalier de Montmorillon pour le volet viscéral.
Avant ce volet chirurgical, le CH du Blanc avait instauré dès 1997 des coopérations similaires en gynécologie obstétrique et aux Urgences-Smur avec le CH de Châteauroux. Depuis 13 ans, des médecins hospitaliers travaillent alternativement sur l’un ou l’autre site. Ces collaborations sont une garantie de qualité et d’efficience pour toutes les activités de soins réalisées dans cet hôpital de proximité.
En pleine dynamique de développement le CH du Blanc étoffe aussi son plateau technique avec l’acquisition d’un scanner opérationnel depuis septembre 2010.

Le Centre Hospitalier Universitaire de Poitiers compte 1 589 lits et places répartis sur deux sites : L’hôpital de la Milétrie et l’hôpital gériatrique Louis Pasteur. Le CHU de Poitiers assure une mission de proximité pour les 130 000 habitants de la communauté d’agglomération de Poitiers en offrant une filière complète de prise en charge : court séjour, soins de suite et rééducation, soins de longue durée. Le Centre Hospitalier Universitaire de Poitiers exerce une mission d’appel régional et de recours pour les 400 000 habitants de la Vienne et les 1 600 000 habitants de la région Poitou-Charentes, notamment en cardiologie, cancérologie, gériatrie, neurochirurgie, pédiatrie, biologie et imagerie. En 2009, l’établissement a réalisé près de 140 000 séjours. Il a enregistré 210 000 consultations, 2 570 naissances, 55 000 passages aux urgences adultes et pédiatrique.

Le Centre Hospitalier du Blanc implanté au Sud de l’Indre, en zone rurale, au coeur du Parc Naturel Régional de la Brenne, se trouve à 60 km du premier centre de référence (Châteauroux, Poitiers ou Tours). Il dessert un bassin de santé de 35 000 habitants. D’une capacité de 300 lits dont un tiers de médecine, chirurgie, obstétrique, l’établissement a réalisé 9 578 passages aux urgences, 5 104 entrées en hospitalisation, 1 400 interventions chirurgicales, 410 accouchements, 17 000 consultations et plus de 1 5000 actes d’imagerie médicale – données 2009.
Centre de formation, il accueille cette année 90 élèves infirmières et 32 élèves aides-soignantes. Le CH du Blanc emploie 400 personnes dont 18 praticiens hospitaliers.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”