Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Préservation de la fertilité : 1ère mondiale à l’hôpital Antoine-Béclère AP-HP

Après maturation ovocytaire in vitro, une femme ayant préservé sa fertilité avant un traitement par chimiothérapie a pu mettre au monde un nouveau-né ! Les équipes du Pr Michaël Grynberg, chef du service de médecine de la reproduction et préservation de la fertilité, et du Pr Nelly Achour Frydman, responsable de la biologie de la reproduction, à l’hôpital Antoine-Béclère AP-HP, sont à l’origine de la première naissance d’un enfant conçu après maturation ovocytaire in vitro, dans un contexte de préservation de la fertilité, avant chimiothérapie pour le traitement d’un cancer. Il s'agit de la 130e première mondiale réalisée par un CHU de France.

Après maturation ovocytaire in vitro, une femme ayant préservé sa fertilité avant un traitement par chimiothérapie a pu mettre au monde un nouveau-né ! Les équipes du Pr Michaël Grynberg, chef du service de médecine de la reproduction et préservation de la fertilité, et du Pr Nelly Achour Frydman, responsable de la biologie de la reproduction, à l’hôpital Antoine-Béclère AP-HP, sont à l’origine de la première naissance d’un enfant conçu après maturation ovocytaire in vitro, dans un contexte de préservation de la fertilité, avant chimiothérapie pour le traitement d’un cancer. Il s’agit de la 130e première mondiale réalisée par un CHU de France. 

L’AP-HP est le premier centre de préservation de la fertilité en Ile-de-France

Les quatre hôpitaux, Cochin, Jean Verdier, Tenon et Antoine-Béclère/Bicêtre, proposent toutes les techniques actuellement disponibles de préservation, pour les femmes, les hommes et les enfants. La préservation de la fertilité féminine est un volet important de la médecine de la reproduction. L’autoconservation d’ovocytes et/ou d’embryons, voire la cryopréservation de tissu ovarien, représentent de réelles alternatives pour les femmes en âge de procréer, dont la fertilité pourrait-être altérée par une maladie et/ou des traitements. 
Classiquement, la vitrification d’ovocytes ou d’embryons nécessite l’obtention d’ovocytes matures suite à une stimulation hormonale des ovaires. Cependant, certaines pathologies hormono-dépendantes telles que le cancer du sein peuvent contre-indiquer l’administration de traitements hormonaux. Dans d’autres cas, la stimulation ovarienne ne peut être envisagée, notamment lorsque la chimiothérapie doit démarrer en urgence. C’est le cas de cette patiente prise en charge à l’hôpital Antoine-Béclère AP-HP qui, atteinte d’un cancer du sein hormono-dépendant, avait une contre-indication oncologique à la stimulation ovarienne. 

Maturation d’ovocytes in vitro 

Les équipes cliniques (Dr Gallot, Dr Sonigo et Mme Benoit) et biologiques (Dr Hesters et Dr  Mayeur) ont donc proposé d’utiliser la technique de maturation d’ovocytes in vitro (MIV) pour préserver les capacités de reproduction de la patiente considérant son risque de stérilité à l’issue des traitements anti-cancéreux. Cette technique a consisté en un prélèvement d’ovocytes immatures par ponction ovarienne à travers le vagin, sous contrôle échographique, sans aucune stimulation ovarienne préalable. Les ovocytes ont ensuite été maturés au laboratoire pendant 24 à 48 heures permettant, pour un certain nombre d’entre eux, d’atteindre la maturité et d’être congelés par vitrification. La patiente, en rémission de sa pathologie cancéreuse, présentait une infertilité. Après accord de l’équipe oncologique, il lui a été proposé de décongeler ses ovocytes pour les féconder in vitro avec les spermatozoïdes de son conjoint. Les embryons obtenus ont ensuite été replacés dans l’utérus de la patiente qui a finalement pu accoucher.  

Une première mondiale porteuse d’espoirs

« On sait que la compétence ovocytaire ou embryonnaire reste moindre qu’après une stimulation ovarienne. Cependant, ce succès prouve que la MIV constitue une réelle option pour préserver la fertilité féminine », rapporte le Pr. Michaël Grynberg.  « Plus de 650 patientes atteintes de cancer ont pu bénéficier d’une congélation d’ovocytes (4700 ovocytes conservés) au CECOS d’Antoine Béclère. Sept naissances ont déjà été obtenues. Cette première naissance après maturation d’ovocytes constitue un véritable espoir pour les patientes qui ne peuvent pas avoir de stimulation ovarienne » rapporte le Pr. Nelly Achour Frydman. Cette première mondiale est le fruit d’une étroite collaboration entre les cliniciens et biologistes impliqués dans la prise en charge de l’infertilité et de la préservation de la fertilité au sein de l’hôpital Antoine-Béclère AP-HP. La mère ainsi que le petit garçon né en juillet 2019 sont en parfaite santé. Cette première mondiale contribue à l’excellence de la prise en charge à l’AP-HP proposée en matière de préservation de la fertilité.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.