Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Procréation médicalement assistée : suivi en continu de la vie embryonnaire

Pour optimiser les chances de grossesse, l’unité de médecine de la reproduction et le laboratoire de biologie de la reproduction - CECOS du CHU de Rennes ont acquis la technologie dite du «Time Lapse». Des caméras placées directement dans les étuves de culture...

Pour optimiser les chances de grossesse, l’unité de médecine de la reproduction et le laboratoire de biologie de la reproduction – CECOS du CHU de Rennes ont acquis la technologie dite du «Time Lapse».  Des caméras placées directement dans les étuves de culture réalisent une prise d’images en continu des toutes premières divisions cellulaires et du développement morphologique des embryons. Grâce à ce système innovant, l’équipe disposent d’informations qui l’aident à améliorer les conditions de culture et à affiner les critères de sélection des embryons à implanter.
Le CHU de Rennes est le 1er centre breton à disposer d’un tel équipement et 10ème en France sur les 104 unités d’assistance médicale à la procréation pratiquant la fécondation in vitro. L’établissement affiche d’excellents résultats avec le meilleur taux d‘accouchement par ponction d’ovocytes, selon l’étude publiés en juillet 2013 par l’Agence de Biomédecine*. Ainsi, un couple débutant une tentative de fécondation in vitro au CHU de Rennes a plus d’une chance sur trois d’obtenir un enfant alors que la moyenne nationale est à peine d’une chance sur quatre. Un tel score s’explique par une parfaite maîtrise du processus de congélation embryonnaire qui garantit aux couples plusieurs transferts d’un embryon après chaque tentative de fécondation in-vitro. Cette stratégie augmente les chances d’avoir un enfant et diminue les complications liées aux grossesses multiples.

En 2013, Rennes s’était déjà distingué en réalisant les premières naissances après réchauffement d’ovocytes vitrifiés chez des femmes bénéficiant d’un don d’ovocytes.
En France, de plus en plus de couples sont concernés par la procréation médicalement assistée (PMA) qui  recouvre l’insémination artificielle et les différents types de fécondation in vitro (FIV). En 2011 2,8% du total des naissances étaient issues de PMA soit plus de 23 000 bébés – selon les derniers chiffres publiés par l’Agence de la biomédecine.
* Source Agence biomédecine
http://www.agence-biomedecine.fr/IMG/pdf/nationalresume2010.pdf

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.