Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Projet de télé-échographie robotisée

En collaboration avec le CHU de Brest et le CHU de Grenoble, France Télécom R&D a débuté la phase de validation clinique d'un service de télé-échographie robotisée. Etape finale avant généralisation, cette validation par le corps médical portera sur des patients volontaires souffrant d'anévrisme aortique abdominal ou d'artériopathie oblitérante des membres inférieurs, hospitalisés à Brest ou à Grenoble. C'est la première fois qu'un tel système est expérimenté en situation réelle dans le cadre d'un protocole clinique officiel. Au-delà de l'intérêt thérapeutique, la télé-échographie apporte une réponse adaptée au problème d'aménagement du territoire en garantissant un même niveau de soins dans un contexte de rationalisation des infrastructures sanitaires, notamment en milieu rural.

En collaboration avec le CHU de Brest et le CHU de Grenoble, France Télécom R&D a débuté la phase de validation clinique d’un service de télé-échographie robotisée. Etape finale avant généralisation, cette validation par le corps médical portera sur des patients volontaires souffrant d’anévrisme aortique abdominal ou d’artériopathie oblitérante des membres inférieurs, hospitalisés à Brest ou à Grenoble. C’est la première fois qu’un tel système est expérimenté en situation réelle dans le cadre d’un protocole clinique officiel. Au-delà de l’intérêt thérapeutique, la télé-échographie apporte une réponse adaptée au problème d’aménagement du territoire en garantissant un même niveau de soins dans un contexte de rationalisation des infrastructures sanitaires, notamment en milieu rural.

Aboutissement de cinq années de recherche et développement, ce système de télé-échographie innovant intègre grâce aux chercheurs de France Télécom, trois services de télécommunications : la visiophonie, la transmission d’images médicales en temps réel et la reproduction exacte à des centaines de kilomètres du geste du médecin sur le patient et des sensations du toucher.
Concrètement, ce nouveau service permet à un médecin vasculaire situé à Brest de pratiquer devant son ordinateur des examens à distance, en toute facilité et sécurité, sur un patient à Grenoble. A l’aide d’un bras à retour d’effort, le médecin pilote une sonde échographique robotisée, qui, en temps réel, lui transmet à la fois les images médicales réalisées au fur et à mesure et les sensations fines du toucher (la sonde qui se déplace sur le corps du patient). En parallèle, un système de visiophonie lui permet d’avoir sur l’écran de son ordinateur une vue d’ensemble de l’intervention et de dialoguer normalement avec le patient, le contact direct et l’interactivité restant essentiels pour entretenir un climat de confiance.

Les mises au point ont rendu le système fiable et maniable
Ce système a été mis au point au sein du laboratoire CNRS TIMC (Grenoble) et du laboratoire CNRS LATIM (Brest) avec la collaboration de France Telecom et de la société PRAXIM (Grenoble).
Après quelques problèmes informatiques, le système s’est avéré fiable et maniable. Avec un phantome (bras de retour d’effort) il est possible de réaliser des échographies à distance grâce à l’image échographique temps réel et à la vue de la sonde par la web-cam.
La maniabilité du robot permet d’effectuer des échographies abdominales ou pelviennes sans aucune gêne pour le patient ou un écho-Doppler ilio-aortique ; le seul point pénalisant est l’absence de prise de contrôle de l’écho-Doppler à distance et l’accès aux paramètres permettant de régler l’imagerie mode-B ou les différents types de Doppler.

Depuis trois mois, un divan d’examen a été spécialement aménagé. Il offre une meilleure maniabilité et surtout un plus grand confort pour le patient. Les manipulations sont facilitées par les améliorations apportées aux logiciels et par la nouvelle interface sur l’écran.
Beaucoup de temps et d’énergie ont été consacrés à la mise au point de ce système, complexe dans sa conception mais d’un usage facilité et d’une manipulation aisée. Ces adaptations augurent d’un développement rapide de nouvelles applications.

D’après un article du Pr Bressollette, Unité d’écho-doppler – CB

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.