Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Prothèses imprimées en 3D bientôt remboursées par l’assurance maladie ?

Lyon tente de répondre à cette question en conduisant une étude médico-économique sur une cohorte de 50 patients traités dans une dizaine de centres. Explications... Les prothèses imprimées en 3D bien plus chères que des prothèses classiques ont l’avantage d’être totalement personnalisées et d’éviter de nombreuses complications per et post opératoires. Aussi pour comparer le prix de revient de ces nouveaux dispositifs avec une chirurgie traditionnelle, il est important de tenir compte de toutes les dépenses survenues dans le parcours du patient et pas seulement du coût de l'implant. Telle est l'enjeu la recherche lyonnaise.
Lyon tente de répondre à cette question en conduisant une étude médico-économique sur une cohorte de 50 patients traités dans une dizaine de centres. Explications… 
Les prothèses imprimées en 3D bien plus chères que des prothèses classiques ont l’avantage d’être totalement personnalisées et d’éviter de nombreuses complications per et post opératoires. Aussi pour comparer le prix de revient de ces nouveaux dispositifs avec une chirurgie traditionnelle, il est important de tenir compte de toutes les dépenses survenues dans le parcours du patient et pas seulement du coût de l’implant. Telle est l’enjeu la recherche lyonnaise.
Les prothèses imprimées en 3D bouleversent la chirurgie. En chirurgie maxillo-faciale, elles permettent par exemple, de reconstruire une orbite oculaire au lieu de greffer le patient avec son propre os prélevé au niveau du crâne. C’est sur cette base que l’équipe de chirurgie maxillo-faciale du Pr Arnaud Gleizal de l’hôpital de la Croix Rousse-HCL a été retenue pour mener un Programme de Recherche en Médico-Economie (PRME) afin d’évaluer les coûts et les bénéfices cliniques liés à l’utilisation d’un implant en titane poreux imprimé en 3D à partie des images du patient. 
Si l’étude prouve sa supériorité par rapport à la greffe classique, ces prothèses pourraient être remboursées par l’assurance maladie. Pour le moment, c’est l’hôpital public qui s’acquitte de la facture pour le bien-être de ses patients.
Les HCL sont le premier établissement à coordonner un projet de recherche de cette envergure sur un produit de santé issu de l’impression 3D médicale. Dans le cadre de cette étude, une cinquantaine de patients dans une dizaine de centres en France pourront bénéficier de cette technologie coûteuse mais d’avenir.

De nombreux avantages plaident en faveur d’une prothèse 3D

« On constate une nette amélioration à la fois fonctionnelle et esthétique pour les patients avec une diminution des orbites enfoncées et de la vision double ». explique Dr Jean Thomas Bachelet, chirurgien maxillo-facial aux HCL, « et par rapport à la prise en charge actuelle par autogreffe » complète-t-il « la prothèse 3D permet une réduction du temps opératoire et des zones opérées ainsi que moins de handicaps durables liés aux traumatismes orbitaires ».

9 Programmes de Recherche médico-économiques nationaux ont été attribués fin 2017 par le ministère de la santé. 3 d’entre eux ont été remportés par les HCL.  

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

HCL : une série vidéo destinée aux patients du cancer digestif 

Le mois dernier, les Hospices Civils de Lyon ont publié une série vidéo destinée aux patients atteints d’un cancer digestif, afin d’expliquer en toute transparence le parcours de soins mis en place à l’hôpital Lyon Sud. Une initiative qui se veut rassurante pour les personnes atteintes.

Une rencontre automobile contre le cancer à Poitiers

Le 30 mai dernier, le CHU de Poitiers célébrait l’ouverture de la 30e édition de l’événement automobile 500 Ferrari contre le cancer, organisé tous les ans par l’association Sport et Collection et le Rotary Club Sud-Vienne, au profit de la recherche contre le cancer. Une manifestation devenue une tradition, et qui accueille depuis 1995 quinze à vingt mille personnes. En l’espace de quelques jours, plus d’un millier de véhicules de prestige ont ainsi été réunis.

Au CHU de Rouen, on forme grâce à la réalité virtuelle

La semaine dernière, le CHU de Rouen annonçait l’acquisition d’un système de vidéo projection immersif et interactif au sein de son centre d’entraînement et de formation par simulation, le Medical Training Center. L’objectif principal : optimiser la préparation des professionnels aux situations sanitaires exceptionnelles et/ou à risques grâce à un outil de réalité virtuelle.

Les CHU à SantExpo : la prévention puissance dix 

La semaine dernière, nous étions présents, pour la troisième année consécutive, sur le stand des CHU de France à SantExpo. Une session placée sous le signe de la prévention avec, au programme, de nombreuses tables rondes accueillant spécialistes et personnalités autour de sujets tels que la transformation écologique, l’attractivité ou encore la cybersécurité. Nous vous proposons de revenir sur dix moments forts.

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.