Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Qualité de vie du malade et de sa famille

Maladies chroniques, comment mieux vivre au quotidien ? La Journée de la Santé organisée conjointement avec le Comité départemental d'Education pour la Santé, la Mairie de Nice, le CHU de Nice se tiendra Samedi 26 novembre 2005, au Centre Universitaire Méditerranéen, 65 promenade des Anglais à Nice.

Maladies chroniques, comment mieux vivre au quotidien ?
La Journée de la Santé organisée conjointement avec le Comité départemental d’Education pour la Santé, la Mairie de Nice, le CHU de Nice se tiendra Samedi 26 novembre 2005, au Centre Universitaire Méditerranéen, 65 promenade des Anglais à Nice.

La qualité de vie, les définitions.
Selon l’OMS : « La perception qu’a un individu de sa place dans l’existence dans le contexte de la culture et du système de valeurs dans lesquels il vit, en relation avec ses objectifs, ses attentes, ses normes et ses inquiétudes ». Plus simplement, on peut dire qu’elle correspond à l’ensemble des satisfactions ou insatisfactions éprouvées par un sujet à propos de sa vie en général.

La qualité de vie dépend évidemment de facteurs très divers : santé (physique, psychologique), environnement, ressources économiques, éducation… Au cours de cette Journée consacrée aux maladies chroniques, il sera évoqué la « Qualité de vie liée à la santé ».

Il s’agit là d’une façon nouvelle d’aborder la maladie qui ne prend pas seulement en compte le point de vue du professionnel mais aussi celui du patient qui en fait l’expérience. Malgré le caractère très subjectif de ce concept, il est intéressant de la mesurer pour suivre l’évolution naturelle de la maladie, apprécier sa gravité et son retentissement, évaluer l’utilité des thérapeutiques (et éventuellement en changer).

Améliorer la qualité de vie des personnes atteintes de maladies chroniques constitue l’un des thèmes retenus dans le cadre des Plans stratégiques de la Loi de Santé Publique d’août 2004. Les maladies chroniques, dont la fréquence augmente, notamment du fait du vieillissement de la population et des progrès scientifiques, constituent en effet un enjeu de société. Elles déterminent de manière générale une dégradation de la Qualité de vie liée à la santé du malade (mais aussi de l’entourage) mais leur retentissement dépend aussi de facteurs personnels (facteurs socio démographiques, comportement, style de vie, autres maladies?) et environnementaux (notamment le support social).

Il importe de ne plus s’intéresser uniquement au prolongement de la vie mais aussi à la qualité de cette survie. On dépasse donc le champ de la médecine curative pour réaliser une approche plus globale de la prise en charge de la personne malade, intégrant notamment les actions de prévention et d’éducation pour la santé.

La qualité de la relation soignant/soigné est évidemment essentielle. Le rôle des malades et des Associations est primordial pour identifier les besoins et les pistes d’amélioration des dispositifs de prise en charge.

Programme
A partir de 9 h : Les cancers, les maladies rhumatismales, les maladies de la peau, les maladies neurologiques.

A partir de 14 h : Le diabète, les maladies psychiques, les maladies infectieuses, les maladies chroniques de l’enfant.

Il s’agit d’une journée interactive grand public, avec dans chaque domaine des exposés des acteurs de santé, des témoignages des associations de malades, des échanges avec la salle.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.