Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Qualité de vie du malade et de sa famille

Maladies chroniques, comment mieux vivre au quotidien ? La Journée de la Santé organisée conjointement avec le Comité départemental d'Education pour la Santé, la Mairie de Nice, le CHU de Nice se tiendra Samedi 26 novembre 2005, au Centre Universitaire Méditerranéen, 65 promenade des Anglais à Nice.

Maladies chroniques, comment mieux vivre au quotidien ?
La Journée de la Santé organisée conjointement avec le Comité départemental d’Education pour la Santé, la Mairie de Nice, le CHU de Nice se tiendra Samedi 26 novembre 2005, au Centre Universitaire Méditerranéen, 65 promenade des Anglais à Nice.

La qualité de vie, les définitions.
Selon l’OMS : « La perception qu’a un individu de sa place dans l’existence dans le contexte de la culture et du système de valeurs dans lesquels il vit, en relation avec ses objectifs, ses attentes, ses normes et ses inquiétudes ». Plus simplement, on peut dire qu’elle correspond à l’ensemble des satisfactions ou insatisfactions éprouvées par un sujet à propos de sa vie en général.

La qualité de vie dépend évidemment de facteurs très divers : santé (physique, psychologique), environnement, ressources économiques, éducation… Au cours de cette Journée consacrée aux maladies chroniques, il sera évoqué la « Qualité de vie liée à la santé ».

Il s’agit là d’une façon nouvelle d’aborder la maladie qui ne prend pas seulement en compte le point de vue du professionnel mais aussi celui du patient qui en fait l’expérience. Malgré le caractère très subjectif de ce concept, il est intéressant de la mesurer pour suivre l’évolution naturelle de la maladie, apprécier sa gravité et son retentissement, évaluer l’utilité des thérapeutiques (et éventuellement en changer).

Améliorer la qualité de vie des personnes atteintes de maladies chroniques constitue l’un des thèmes retenus dans le cadre des Plans stratégiques de la Loi de Santé Publique d’août 2004. Les maladies chroniques, dont la fréquence augmente, notamment du fait du vieillissement de la population et des progrès scientifiques, constituent en effet un enjeu de société. Elles déterminent de manière générale une dégradation de la Qualité de vie liée à la santé du malade (mais aussi de l’entourage) mais leur retentissement dépend aussi de facteurs personnels (facteurs socio démographiques, comportement, style de vie, autres maladies?) et environnementaux (notamment le support social).

Il importe de ne plus s’intéresser uniquement au prolongement de la vie mais aussi à la qualité de cette survie. On dépasse donc le champ de la médecine curative pour réaliser une approche plus globale de la prise en charge de la personne malade, intégrant notamment les actions de prévention et d’éducation pour la santé.

La qualité de la relation soignant/soigné est évidemment essentielle. Le rôle des malades et des Associations est primordial pour identifier les besoins et les pistes d’amélioration des dispositifs de prise en charge.

Programme
A partir de 9 h : Les cancers, les maladies rhumatismales, les maladies de la peau, les maladies neurologiques.

A partir de 14 h : Le diabète, les maladies psychiques, les maladies infectieuses, les maladies chroniques de l’enfant.

Il s’agit d’une journée interactive grand public, avec dans chaque domaine des exposés des acteurs de santé, des témoignages des associations de malades, des échanges avec la salle.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”