Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Quand l’art ouvre une fenêtre intérieure sur le rêve et les émotions

Le service de réanimation du CHU d'Angers prend des couleurs et change d'atmosphère en ce jeudi 9 novembre 2017. Les « savantes collisions de couleurs franches » de la plasticienne, Elsa Tomkowiak, s'offrent désormais au regard des patients, de leurs familles et des équipes soignantes de réanimation médicale. Pour réaliser « Real/Karla », l'artiste a échangé pendant six mois avec les équipes du service de réanimation médicale du Centre hospitalier universitaire d’Angers afin d’y concevoir une œuvre pérenne magistrale et colorée, aboutissement d'une rencontre entre l’artiste et l'univers très particulier d'un service d'urgence vitale.
Le service de réanimation du CHU d’Angers prend des couleurs et change d’atmosphère en ce jeudi 9 novembre 2017. Les « savantes collisions de couleurs franches »  de la plasticienne, Elsa Tomkowiak, s’offrent désormais au regard des patients, de leurs familles et des équipes soignantes de réanimation médicale.  Pour réaliser « Real/Karla », l’artiste a échangé pendant six mois avec les équipes du service de réanimation médicale du Centre hospitalier universitaire d’Angers afin d’y concevoir une œuvre pérenne magistrale et colorée, aboutissement d’une rencontre entre l’artiste et l’univers très particulier d’un service d’urgence vitale.
Dans ce service où la vie est en tension, Elsa Tomkowiak a voulu créer un autre lien entre les familles et les équipes en proposant un échange en dehors de soin, autour de l’art. Ses palettes de couleur qui gagnent les murs, les couloirs et les plafonds sont adaptées à la mobilité des équipes médicales, à l’attente des familles, aux déplacements des patients installés sur des lits et transportés d’une unité à une autre.

Le regard pluriel sur l’art 

Les oeuvres sont en place depuis plusieurs semaines. Equipes, patients et familles se les approprient, les observent, se questionnent. « Cela change nos conversations. On ne parle plus uniquement du patient aux familles mais également de ce qui nous entoure, constate Christelle Ledroit, cadre de santé dans le service de réanimation-médicale. Nous sommes amenés à expliquer aux patients et aux familles le travail d’Elsa Tomkowiak. Ils touchent les peintures et s’interrogent sur cette réalisation. »

Ce travail participe à la démédicalisation symbolique des espaces intermédiaires mais également à la qualité de vie au travail. Et les premières craintes d’une saturation de l’espace par les aplats colorés et la palette chromatique utilisée ont été rapidement balayées grâce à l’écoute de l’artiste. « Elsa Tomkowiak a peint avec parcimonie et a ajouté du blanc dans ses peintures, pour ramener de la luminosité dans des espaces souvent clos. »
« Real / Karla » a été un vecteur d’échange, de créativité et de cohésion. Les équipes soignantes ont été impliquées dans le choix final du projet par le biais de questionnaires. Trois artistes étaient, en effet, en lice pour répondre à cette commande passée il y a deux ans par le CHU. Un ancien patient et son épouse se sont également impliqués. Ils seront présents ce jeudi lors de l’inauguration.

L’art sait sublimer les contraintes de l’hôpital

La création dans un espace médicalisé doit satisfaire aux normes sanitaires et de sécurité et peut jouer avec en utilisant les caractéristiques des matériaux ignifugés, en intégrant la signalétique et du matériel incendie.

Pour sa réalisation, cette commande artistique a bénéficié de la contribution des étudiants de l’Ecole supérieure des Beaux-Arts d’Angers et du soutien de CNP Assurances, membre fondateur du Cercle des mécènes du CHU et de Dynamism automobile et Longchamp, mécènes des projets artistiques du CHU d’Angers. 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.