Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Radio-chirurgie : avec 10 000 interventions Marseille s’affirme comme référent mondial pour le « Gamma Knife »

Pr Jean Régis, responsable de l'Unité Gamma Knife de la Timone.Mercredi 27 octobre 2010, l'Assistance Publique - Hôpitaux de Marseille célèbrera la 10 000ème intervention réalisée par l'unité de radiochirurgie Gamma Knife dirigée par le Pr Jean Régis. La cérémonie se déroulera en présence du pionnier de la radio-chirurgie aux USA, le Pr Dade Lunsford. Aujourd'hui, leader international pour le traitement des neurinomes de l'acoustique et des hamartomes hypotalamiques, Marseille est l'un des Centres les plus actifs au monde et le seul en France à être équipé de deux Gamma Knives ; le dernier, acquis en 2006, est de type PerfeXion, totalement robotisé.

Mercredi 27 octobre 2010, l’Assistance Publique – Hôpitaux de Marseille célèbrera la 10 000ème intervention réalisée par l’unité de radiochirurgie Gamma Knife dirigée par le Pr Jean Régis. La cérémonie se déroulera en présence du pionnier de la radio-chirurgie aux USA, le Pr Dade Lunsford. Aujourd’hui, leader international pour le traitement des neurinomes de l’acoustique et des hamartomes hypotalamiques, Marseille est l’un des Centres les plus actifs au monde et le seul en France à être équipé de deux Gamma Knives ; le dernier, acquis en 2006, est de type PerfeXion, totalement robotisé.

Pr Jean Régis, responsable de l’Unité Gamma Knife de la Timone.

Marseille, référence mondiale
L’unité de radiochirurgie, dirigée par le Pr Jean Regis, au sein du pôle Neurosciences Cliniques coordonné par le Pr Peragut, est reconnue comme leader mondial par les plus grands experts, notamment pour le traitement des neurinomes de l’acoustique – petite tumeur bénigne de l’oreille interne, dont l’ablation par la chirurgie conventionnelle présente des risques importants (paralysie du visage, perte de l’audition…) avec souvent en postopératoire une longue incapacité de travail. Ce type de tumeur peut aujourd’hui être opéré par Gamma Knife avec beaucoup moins de risques, au prix d’une brève hospitalisation avec un retour au travail immédiat.

L’équipe fait aussi référence dans le traitement des hamartomes hypotalamiques (maladie orpheline de l’enfant associée à une épilepsie extrêmement grave).

Parmi les autres indications du Gamma Knife figurent les métastases, tumeurs formées de cellules d’un cancer situé à distance du cerveau, de petites malformations artério-veineuses, des méningiomes ou certains types d’épilepsie sévère ou de névralgies faciales, les tumeurs de l’hypophyse et de sa région.

Pour que le traitement soit efficace, la lésion ne doit pas être trop volumineuse (en général, inférieure à 3 cm de diamètre).
Le traitement par Gamma Knife peut être une alternative à une opération chirurgicale risquée ou constituer un traitement complémentaire à un autre traitement.
Il est possible de traiter en une seule fois plusieurs lésions sans réelle limite de nombre ou de siège.

Les patients viennent du monde entier se faire opérer à la Timone : Europe, Canada, USA, Australie, Nouvelle-Zélande, etc.

La neurochirurgie du futur
La radio-chirurgie est une technique neurochirurgicale consistant à détruire ou modifier biologiquement une zone située à l’intérieur du cerveau, avec une très haute précision. Elle représente une option pour opérer des petites tumeurs profondes, inopérables avec la chirurgie classique ou au prix de risques fonctionnels importants pour le patient. Le principal intérêt du Gamma Knife est d’opérer le cerveau sans ouvrir la boîte crânienne, en une seule séance et un seul jour à l’hôpital, ce qui représente un énorme progrès pour le patient.
Avec le Gamma Knife PerfeXion, les indications sont étendues non seulement aux lésions intra-crâniennes mais aussi aux lésions de la tête et du cou, à la névralgie faciale et à l’épilepsie.

Le déroulement d’une intervention
« Tout acte de radio-chirurgie nécessite trois personnes : un neurochirurgien, un radiothérapeute et un physicien.
Les opérations sont les suivantes :

La pose du casque
La tête du patient doit être totalement immobile. On utilise un système de contention constitué d’un anneau fixé sur le crâne du patient, conservé durant toute la procédure de radio-chirurgie, du scanner jusqu’à la fin du traitement. On met ensuite un casque sur cet anneau, et on passe un scanner. Une fois l’examen fait, le casque est enlevé.

Le travail sur ordinateur
Grâce à l’ordinateur on se repère au millimètre près dans le cerveau et on intègre, en temps réel, les données d’imagerie du patient pour effectuer le planning préopératoire : la dosimétrie (dose de rayons à délivrer compte tenu de la conformation).

Le traitement proprement dit
Allongé dans la machine Gamma Knife, le patient ne sent rien. En moyenne, l’intervention dure environ une heure, mais cela est très variable en fonction du type de lésions à traiter. La radio-chirurgie se termine et l’anneau fixé au bloc opératoire est enlevé. Le patient est alors ramené dans sa chambre et il peut sortir du service le lendemain ».

La croissance exponentielle de l’activité de l’unité Gamma Knife de la Timone
En 18 ans, l’activité a presque été multipliée par dix, passant de 91 patients en 1992 à 800 en 2009. 

Pour tout renseignement contacter l’unité de radiochirurgie au 04 91 38 70 58

*Il existe trois Gamma Knife en France, deux à l’Assistance Publique-Hôpitaux de Marseille et un au CHRU de Lille.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.