Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Raymond Le Moign prendra ses fonctions à la tête du CHU de Toulouse le 1er février 2016

Raymond Le Moign vient d'être nommé directeur général du Centre Hospitalier Universitaire (CHU) de Toulouse*, poste qu'il occupera à compter du 1er février 2016. Il succède à Jacques Léglise, devenu directeur général de l’Hôpital Foch (Suresnes, Hauts-de Seine).

Raymond Le Moign vient d’être nommé directeur général du Centre Hospitalier Universitaire (CHU) de Toulouse*, poste qu’il occupera à compter du 1er février 2016. Il succède à Jacques Léglise, devenu directeur général de l’Hôpital Foch (Suresnes, Hauts-de Seine).
Parcours professionnel de Raymond Le Moign
Diplômé de l’Institut d’Etudes Politiques (IEP) d’Aix-en Provence, ancien élève de l’Ecole Nationale de Santé Publique (ENSP, aujourd’hui École des Hautes-Études en Santé Publique – EHESP), section directeur d’hôpital, Raymond Le Moign a commencé sa carrière hospitalière au CHR d’Orléans, d’avril 1994 à octobre 1996, comme directeur adjoint en charge des affaires médicales, des affaires générales et du contentieux.
De novembre 1996 à avril 2004, il a poursuivi sa carrière au CHU de Nantes, où il a occupé plusieurs fonctions en tant que directeur adjoint. Il a notamment été chargé du système d’information, de l’organisation et des affaires générales ; des affaires médicales, de la stratégie et de la recherche ; puis des affaires financières et du contrôle de gestion.
D’avril 2004 à juillet 2007, il a été directeur général adjoint du centre de lutte contre le cancer René Gauducheau à Nantes, et est également devenu vice-président de la Fédération nationale des centres de lutte contre le cancer (FNCLCC, devenue Unicancer) à partir du 1er janvier 2005.
De juillet 2007 à janvier 2011, il a rejoint la Haute Autorité de Santé (HAS) comme directeur de l’amélioration de la qualité et de la sécurité des soins.
De février 2011 à novembre 2013, il a été sous-directeur chargé des ressources humaines du système de la santé à la direction générale de l’offre de soins (DGOS).
Depuis décembre 2013, Raymond Le Moign, 47 ans, est directeur adjoint, en charge de la santé, au cabinet de la ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes, Marisol Touraine.
* par décret du 17 décembre 2015 publié le samedi 19 décembre 2015 au Journal Officiel

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.