Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Recherche : Philippe Even et les Echos récidivent

Déjà le 23 juillet 2007 Les Echos avaient relayé un premier rapport de Philippe EVEN, intitulant son article : « le sombre bilan de la recherche française ». Récidive ce 15 juillet 2008, à croire que l'été est propice à ce type de communication : Les Echos relayent à nouveau Philippe EVEN par un article intitulé : « ces CHU qui ont abandonné la recherche » …

Déjà le 23 juillet 2007 Les Echos avaient relayé un premier rapport de Philippe EVEN, intitulant son article : « le sombre bilan de la recherche française ». Récidive ce 15 juillet 2008, à croire que l’été est propice à ce type de communication : Les Echos relayent à nouveau Philippe Even par un article intitulé : « ces CHU qui ont abandonné la recherche » …

Déjà l’an dernier, le Comité National de Coordination de la Recherche des CHU, associant les Conférences des Présidents de CME, des Doyens des Facultés de Médecine et des Directeurs Généraux des CHU, s’était ému de cette approche restrictive et orientée en s’interrogeant à la fois sur les finalités de ce rapport et sur la méthodologie employée.

En effet, l’étude réalisée alors par Philippe EVEN privilégiait une approche élitiste de la recherche médicale française, écartant par principe les publications dans les revues de langue française, favorisant les activités de recherche réalisées par les chercheurs des établissements publics scientifiques et techniques, qui par définition se consacrent à temps plein à la recherche, et survalorisant par construction méthodologique la recherche biologique, par nature plus proche de la recherche fondamentale que de celle réalisée dans les centres hospitaliers et universitaires.

Philippe Even poursuit dans cette voie, dans l’étude à laquelle Les Echos font référence dans l’article du 15 juillet 2008, stigmatisant un certain nombre de CHU dont il est affirmé « qu’ils ont abandonné la recherche ».

Si les Directeurs Généraux de CHU ne peuvent que souscrire à l’affirmation selon laquelle « la qualité des soins, l’enseignement et la recherche sont étroitement liés », ils ne peuvent accepter des propos péremptoires tels que « beaucoup de nos CHU et de nos médecins hospitalo-universitaires trahissent leur triple mission et leur devoir ; leur nombre, leur mission, leurs moyens et surtout leur état d’esprit doivent être entièrement revus » ou encore «l’argent n’est pas essentiel ; c’est l’état d’esprit des médecins et des administrations hospitalières qui est en cause».

En effet, les Directeurs Généraux de CHU tiennent à souligner la part essentielle prise par les institutions qu’ils dirigent dans la recherche clinique et la production scientifique. Comme le soulignait l’OST (Observatoire des Sciences et Techniques) dans une étude publiée en 2005, l’ensemble des CHU concourent à hauteur de 56% de la production scientifique médicale française et de 39% de celle en biologie fondamentale.

De même les CHU se sont très largement investis dans le développement de ce lien essentiel, qui caractérise les Centres Hospitaliers et Universitaires français, entre la recherche fondamentale, la recherche appliquée au lit du patient et les innovations diagnostiques, thérapeutiques et technologiques qui en découlent.

L’association des Centres Hospitaliers et Universitaires aux PRES (Pôles de Recherche et d’Enseignement Supérieur), leur collaboration étroite avec l’ AERES (Agence d’Evaluation de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur) dans la perspective d’une labellisation conjointe, avec les Universités, des équipes de recherche hospitalière, et le développement de démarches de contractualisation pluriannuelle associant les Universités, les EPST, les Pouvoirs Publics et les Centres Hospitaliers et Universitaires témoignent du dynamisme de ceux-ci dans le champ de la recherche médicale en soutien de leurs missions de soins et d’enseignement.

Au moment où se conjuguent la rénovation du cadre législatif et réglementaire des Etablissements Publics de Santé et les réformes de l’Université et du financement de l’hôpital et de la recherche publique, les Directeurs Généraux des Centres Hospitaliers et Universitaires réaffirment l’importance première de la recherche clinique et leur mobilisation en ce sens, les Centres Hospitaliers et Universitaires, et tous les Centres Hospitaliers et Universitaires, étant dans ce domaine incontournables.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”