Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Rhône-Réadaptation pour une meilleure coordination entre MCO et SSR

Les services Médecine Chirurgie Obstétrique (MCO) des hôpitaux publics, PSPH et privés des 4 bassins de santé de Lyon et Villefranche-Sur-Saône ont adressé 22 000 patients dans les services de Soins de Suite et de Réadaptation (SSR) en 2004 dont près de la moitié pour les seuls Hospices Civils de Lyon (HCL). Les 16 principaux établissements de soins de courte durée totalisent 91 % des admissions en SSR. Cette importante fréquentation rend indispensable la coordination des flux de patients entre les différentes structures. Pour mener à bien cette mission la coordination « Rhône Réadaptation » s'appuie sur un dispositif conventionnel réunissant l'UGECAM, et les HCL au sein d'une communauté d'établissements de santé et de 51 structures publiques et privées de SSR des 4 bassins de santé de Lyon et du plateau d'Hauteville.

Les services Médecine Chirurgie Obstétrique (MCO) des hôpitaux publics, PSPH et privés des 4 bassins de santé de Lyon et Villefranche-Sur-Saône ont adressé 22 000 patients dans les services de Soins de Suite et de Réadaptation (SSR) en 2004 dont près de la moitié pour les seuls Hospices Civils de Lyon (HCL). Les 16 principaux établissements de soins de courte durée totalisent 91 % des admissions en SSR. Cette importante fréquentation rend indispensable la coordination des flux de patients entre les différentes structures. Pour mener à bien cette mission la coordination « Rhône Réadaptation » s’appuie sur un dispositif conventionnel réunissant l’UGECAM, et les HCL au sein d’une communauté d’établissements de santé et de 51 structures publiques et privées de SSR des 4 bassins de santé de Lyon et du plateau d’Hauteville.

Lancée en 2002 la coordination visait à engager progressivement les établissements partenaires dans une démarche qualité de bonne orientation des patients de court séjour MCO vers les établissements proposant une réponse adaptée à la pathologie et aux besoins de rééducation ou de réadaptation. Cette démarche s’est traduite par l’élaboration d’outils méthodologiques. Une cellule d’animation composée d’un médecin de santé publique, d’un cadre socio-éducatif, d’une conseillère qualité, d’un analyste et d’une secrétaire a coordonné le dispositif et marié les compétences médicales et para-médicales avec celles des directions des établissements et des assistantes sociales. Au sein des HCL, le département Conseil en Stratégie assure le lien avec les projets en SSR et le relais auprès des équipes cliniques ou des directions des différents groupements hospitaliers.

La première année de fonctionnement fut consacrée à la connaissance mutuelle des différents acteurs, aux modalités d’orientation des patients entre les établissements, à l’analyse des besoins à travers les données issues de PMSI, à des enquêtes ponctuelles et à la mise en route d’un certain nombre d’outils. Ceux-ci sont désormais accessibles en ligne sur le site internet de la communauté Rhône Réadaptation. La fiche standardisée de demande d’admission du patient élaborée par le groupe de travail SSR de la Conférence sanitaire de secteur est disponible depuis 2004 sur support papier et son déploiement informatique est en cours de réalisation. Un logiciel d’aide à l’orientation en SSR est à la disposition des adhérents ainsi qu’un annuaire des SSR basé sur un thesaurus consensuel des situations requérant des SSR. Il décrit les principaux référents par établissements, les capacités, les modes de prise en charge (SRPR, MPR, soins de suite médicaux et soins de suite gériatriques, SSR pour les enfants, SSR spécialisés).

Soutenue par l’Agence Régionale de l’Hospitalisation, la coordination souhaite aller plus loin en développant en particulier le caractère anticipé des demandes d’admission par les services cliniques. Il est ainsi possible de proposer rapidement un établissement aux patients. Quant aux établissements ils sont assurés d’un taux de remplissage garant de leur stabilité financière.

2005 a vu la mise en place d’un Conseil d’orientation stratégique composé des acteurs clefs des filières de soins quantitativement ou qualitativement significatives comme la neurologie, l’orthopédie, la gériatrie, la cardiologie, est en cours d’organisation. Il est également devenu nécessaire de pérenniser sous une forme élargie, le travail accompli par l’actuelle Commission médico-administrative de régulation des séjours à durée excessive créée aux Hospices Civils de Lyon en 2004 et animée par un médecin.

Autre axe de travail la mise en commun des outils et des compétences des différentes coordinations SSR de la région Rhône-Alpes installées par l’ARH dans presque chacun des 11 secteurs sanitaires. Une première réalisation est en marche à travers le projet « TRAJECTOIRE », qui constitue un des outils du portail santé de la région Rhône-Alpes (www.reseaux-sante.org/sisra – onglet outils)

L’historique, les missions, l’organisation, les outils d’aide à l’admission, l’annuaire et son thesaurus sont disponibles sur le site Web de « Rhône-Réadaptation » www.rhonereadapt.com

A la recherche d’expériences similaires ou complémentaires et de tous commentaires qui pourraient les aider à améliorer leurs prestations, les membres de la cellule d’orientation vous invitent à échanger en adressant vos messages à : href= »mailto:alain.deblasi@chu-lyon.fr »

D’après un article du Dr Alain Deblasi, animateur de la coordination « Rhône-Réadaptation » et d’Isabelle Banterla-Dadon, Département stratégie des HCL

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.