Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Rosa prolonge la main du neurochirurgien

Avec son logiciel de planification préopératoire, ses capacités de navigation, sa technologie robotique pour la manipulation d’instruments chirurgicaux et ses fonctionnalités de visualisation avancée, le nouveau Robot chirurgical ROSA TM devient l’indispensable assistant du neurochirurgien. Présenté à la presse le 3 avril 2012, il complète le plateau technique du service de neurochirurgie que dirige par le Pr Pierre Kehrli.

Avec son logiciel de planification préopératoire, ses capacités de navigation, sa technologie robotique pour la manipulation d’instruments chirurgicaux et ses fonctionnalités de visualisation avancée, le nouveau Robot chirurgical ROSA TM devient l’indispensable assistant du neurochirurgien. Présenté à la presse le 3 avril 2012, il complète le plateau technique du service de neurochirurgie que dirige par le Pr Pierre Kehrli.

L’acquisition de l’appareil produit par une société française a représenté un investissement de 311 000 euros. Le CHU de Strasbourg a bénéficié du soutien financier important d’Arpège prévoyance à hauteur de 175 000 € pour ce projet.
 
ROSA™ a été conçu pour sécuriser et fiabiliser l’intervention chirurgicale avec une technologie robotique exclusive combinée à un dispositif de mesure sans contact consacré à la localisation du patient par rapport aux données préopératoires.
 
Avec ROSA™, le patient souffrant d’épilepsie bénéficiera d’ une intervention moins invasive, plus sure, plus précise et plus courte.
Quant au chirurgien il appréciera la qualité images préopératoires qui lui fourniront une meilleure perception du champ chirurgical, la simplicité de l’interface logiciel et la possibilité de s’affranchir de l’utilisation d’un cadre stéréotaxique ou d’autres repères fixés sur la tête du patient lors de l’acquisition d’images. Le spécialiste gagnera aussi en liberté de mouvement et en précision de guidage grâce aux 6 axes du bras du robot.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.