Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Rouen : comptes certifiés sans réserve, augmentation de l’activité et diminution du déficit

« Les comptes 2015 du CHU sont « réguliers, sincères et donnent une image fidèle du patrimoine, de la situation financière et du résultat des opérations de l'exercice » stipule le rapport du cabinet de commissariat aux comptes qui vient de certifier « sans réserve » les comptes du CHU de Rouen. « Nous nous réjouissons du caractère « sans réserve » du résultat de cet audit qui ne peut que renforcer la confiance que nous témoignent nos tutelles et rassurer nos différents partenaires extérieurs » déclare Isabelle Lesage, Directrice Générale du CHU de Rouen.
« Les comptes 2015 du CHU sont « réguliers, sincères et donnent une image fidèle du patrimoine, de la situation financière et du résultat des opérations de l’exercice » stipule le rapport du cabinet de commissariat aux comptes qui vient de certifier « sans réserve » les comptes du CHU de Rouen. « Nous nous réjouissons du caractère « sans réserve » du résultat de cet audit qui  ne peut que renforcer la confiance que nous témoignent nos tutelles et rassurer nos différents partenaires extérieurs » déclare Isabelle Lesage, Directrice Générale du CHU.
Cette bonne nouvelle intervient alors même que les résultats 2015 soulignent un redressement financier  avec une réduction du déficit structurel : -5,5 M€ en 2015 contre -8,4 M€ en 2014, pour un budget toutes activités confondues de 695 M€. L’amélioration des résultats financiers est notamment due à l’augmentation d’activité en 2015 de + 7,8 % en volume dont + 3,3 % en hospitalisation conventionnelle et + 12,4 % en ambulatoire. 

Ce bilan ouvre des perspectives favorables aux investissements de 2016. L’établissement va engager les programmes immobiliers validés par le Ministère (COPERMO) tel le Nouveau Charles Nicolle qui prévoit la construction d’un nouveau bâtiment dédié à la chirurgie. Ce projet vise à améliorer les conditions de prise en charge des patients et de travail des professionnels.
La certification des comptes : une démarche vertueuse et dynamique 
Fruit d’une mobilisation importante de l’ensemble des acteurs de l’établissement et notamment des services financiers, cette certification sans réserve constitue une étape déterminante vers la transparence financière. 
La certification des comptes publics a débuté en 2001 avec ceux de l’Etat, puis en 2005 avec celle des organismes de sécurité sociale en 2005, des universités en 2008 et des hôpitaux à partir de 2014. En 2016, 95 établissements hospitaliers dont le budget est supérieur à 100 M€ ont rejoint le dispositif. 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.