Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Saint Pierre et Miquelon / Rennes : coopération renforcée pour offrir le meilleur soin aux habitants

De la proximité à l’expertise ! Désormais, les 6 600 Saint-pierre-et-miquelonais bénéficient d’une gradation des soins, d’une cohérence et d’une qualité de prise en charge équivalentes à celles de la métropole. Pour ces citoyens du bout du monde, l’équité de traitement est garantie par la convention cadre conclue entre le Centre Hospitalier de proximité, François Dunan de Saint Pierre et le CHU de référence, Rennes. Ce partenariat original acté le 18 juillet 2016 lie ces deux établissements distants de plus de 4 000 km, situés de part et d'autre de l’Océan Atlantique Nord.
De la proximité à l’expertise ! Désormais, les 6 600 Saint-pierre-et-miquelonais bénéficient d’une gradation des soins, d’une cohérence et d’une qualité de prise en charge équivalentes à celles de la métropole. Pour ces citoyens du bout du monde, l’équité de traitement est garantie par la convention cadre conclue entre le Centre Hospitalier de proximité, François Dunan de Saint Pierre et le CHU de référence, Rennes. Ce partenariat original acté le 18 juillet 2016 lie ces deux établissements distants de plus de 4 000 km, situés de part et d’autre de l’Océan Atlantique Nord. En réalité, cet accord vient couronner les liens privilégiés de confiance et de collaboration noués depuis 2014 entre les deux établissements et leurs équipes.
Une prise en charge globale et de qualité  par l’adossement au Centre Hospitalier Universitaire de Rennes
Pas de clinique à St Pierre et Miquelon, seulement quelques médecins généralistes et une pharmacie. Là-bas, seul le Centre Hospitalier François Dunan offre aux habitants un premier niveau de soins en médecine, chirurgie, obstétrique, long séjour et un plateau technique complet pour les examens. Mais sur cet archipel isolé, l’accès à l’expertise médicale reste problématique dans certaines spécialités et pathologies. Dans une logique de gradation des soins et compte tenu des faibles ressources médicales locales, le CH François Dunan a souhaité s’adosser à un Centre Hospitalier Universitaire référent en métropole pour fournir aux habitants une couverture globale en matière d’offre de soins, notamment de recours. Une partie de la population de l’archipel étant issue d’immigrés bretons, l’histoire et la géographie plaidaient en faveur du CHU de Rennes.
Une coopération généralisée à l’ensemble des spécialités, s’appuyant sur la télémédecine et sur la formation
Dans le cadre de cette coopération, des médecins et personnels non médicaux volontaires du CHU de Rennes se rendront au CH Dunan pour plusieurs missions de courte durée afin de réaliser notamment des activités des consultations et de chirurgie. En pneumologie, service où a débuté la coopération, deux à trois missions de consultations par an sont programmées. Des gestes médicaux dispensés durant une dizaine de jours seront assurés par les rennais, de même que d’éventuelles interventions plus lourdes si besoin. Cette collaboration s’étendra ensuite à d’autres disciplines comme  la gériatrie, l’ophtalmologie ou les soins palliatifs et les explorations fonctionnelles respiratoires
Pour les soins de recours ou de  référence en neurochirurgie, chirurgie cardiaque… les patients seront désormais orientés vers le CHU de Rennes au lieu d’être dirigés vers des établissements canadiens. En effet, le système de santé canadien ayant des tarifs très supérieurs à ceux d’une hospitalisation en métropole (y compris déplacement du patient et de son accompagnant), cette coopération permettra également de réduire le coût des transferts. En revanche, les évacuations sanitaires d’urgence continueront d’être assurées vers les centres hospitaliers canadiens. 
La télémédecine, que ce soit sous forme de téléconsultation ou téléexpertise, est également un des axes forts de cette convention cadre. Les premières applications concerneront le dépistage et la prise en charge des AVC, les consultations mémoires en gériatrie…  à l’instar des actes déjà déployés entre le CHU de Rennes et d’autres centres hospitaliers bretons. 
Les professionnels seront également bénéficiaires de ce partenariat puisque les médecins et soignants du CH Dunan bénéficieront de stages d’immersion et de formation dans les services du CHU. 
Enfin, le CHU de Rennes apportera un appui administratif et logistique au CH Dunan, notamment en matière de gestion des ressources humaines et de démarche qualité – gestion des risques.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.