Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Santé, sécurité au travail : un pôle commun à 4 administrations

Depuis le 24 septembre 2007, le CHU de Clermont-Ferrand partage un pôle de "santé-sécurité au travail" avec 3 autres institutions clermontoises : la ville, la communauté d'agglomération et le Centre Communal d'Action Sociale de l'Université.

Depuis le 24 septembre 2007, le CHU de Clermont-Ferrand partage un pôle de « santé-sécurité au travail » avec 3 autres institutions clermontoises.

Né de la volonté des institutions de regrouper les mêmes compétences en un même lieu, un bâtiment commun aux services de santé au travail de la ville, de la communauté d’agglomération, du Centre Communal d’Action Sociale de l’Université et du CHU a été édifié. Ce centre novateur améliore la visibilité de ces services. Il facilite les échanges et le partage des ressources techniques entre équipes.

Au-delà, les partenaires vont plancher sur une stratégie globale de prévention ; un des projets phares étant la mise en place d’un «espace info santé» en libre service. La formation des internes à la santé au travail se fera également sur le site.

Cette initiative est en parfaite adéquation avec la réglementation qui prône la mise en oeuvre de la pluridisciplinarité dans les services de santé au travail.

La conception de ce Bâtiment a été confiée au Cabinet d’Architectes Pranal associé au Bureau d’études R 3I. Financée par tous les partenaires au prorata des effectifs, cette construction, implantée entre les Unités du C M P et l’ Hélistation, a nécessité un investissement de 1 800 000 euros toutes dépenses confondues. Accessible depuis l’entrée principale de l’Hôpital Gabriel Montpied, le bâtiment de deux niveaux est aisément repérable.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”