Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Schizophrénie et dépression : éducation thérapeutique en psychiatrie

Des séances d’éducation thérapeutique sont proposées aux personnes atteintes de schizophrénie ou de dépression. « Il s'agit de donner aux patients des connaissances et des compétences pour les aider à comprendre leur maladie et leur traitement, explique le Dr Marion Espitalier, spécialisée dans les soins aux dépressifs en psychiatrie 1.

Les personnes souffrant de schizophrénie ou de dépression bénéficient désormais d’ateliers d’éducation thérapeutique : « Ils visent à donner aux personnes des connaissances et des compétences pour les aider à comprendre leur maladie et leur traitement, explique le Dr Marion Espitalier, spécialisée dans les soins aux dépressifs en psychiatrie 1. Les patients sont adressés par leur médecin pour une consultation de diagnostic effectuée par deux membres de l’équipe pour évaluer l’indication, savoir où la personne en est, quelles sont ses représentations de sa pathologie. »

Lors des ateliers, divers outils et supports facilitent l’échange et l’expression. Les patients dépressifs participent à trois séances à deux semaines d’écart entre chacune, par groupes de trois à six personnes. Dans l’intervalle, l’équipe se réunit pour préparer la séance suivante. Un rappel est programmé trois à quatre mois plus tard. Pour les schizophrènes, l’équipe constituée par le Dr Pascal Hénaff (psychiatrie 2) propose huit séances qui se succèdent à un rythme hebdomadaire. « Nous constatons que l’information que nous transmettons en consultation habituelle est insuffisante ou insuffisamment intégrée. En éducation thérapeutique, on prend le temps de se poser dans un milieu différent. L’efficacité de telles séances, prouvée par les études, est confirmée par la réaction des participants, qui considèrent ces ateliers comme un moment important dans leur prise en charge. Ils expriment le sentiment d’avoir vécu un moment privilégié dans une relation différente avec les soignants et avec d’autres patients. La plupart souhaiteraient recommencer. »

L’équipe soignante est composée de cinq infirmiers et deux médecins volontaires, qui ont suivi une formation spécifique. Ils animent les séances en binôme médecin/infirmier, dont au moins un est présent d’une séance à l’autre. « Les équipes ont consenti à un gros effort afin de libérer du temps pour ces séances. »
Deux nouveaux ateliers en 2015
Courant 2015, deux nouveaux ateliers seront proposés, destinés aux personnes souffrant de troubles bipolaires et aux familles de schizophrènes, pour les aider à comprendre la maladie de leur proche afin de l’accompagner au mieux.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.