Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Ste Marguerite accueille les personnes âgées

Depuis le début de l'année 2009, l'hôpital Sainte Marguerite accueille le nouveau centre de soins de suite et de réadaptation de l'Assistance Publique – Hôpitaux de Marseille (AP-HM). Originalité de l'opération : son mode d'exploitation assuré conjointement par l'AP-HM et par l'Union pour la gestion des établissements des caisses d'assurance maladie Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse.

Depuis le début de l’année 2009, l’hôpital Sainte Marguerite accueille le nouveau centre de soins de suite et de réadaptation de l’Assistance Publique – Hôpitaux de Marseille (AP-HM). Originalité de l’opération : son mode d’exploitation assuré conjointement par l’AP-HM et par l’Union pour la gestion des établissements des caisses d’assurance maladie Provence-Alpes-Côte d’Azur Corse.

Le développement des filières gériatrique et de soins de suite, de rééducation et de réadaptation répond à un véritable besoin de santé publique dans en région Provence – Alpes – Côte d’Azur. Pour satisfaire cette priorité inscrite au projet d’établissement 2004-2009 de l’Assistance Publique – Hôpitaux de Marseille, les hôpitaux Sud se recentrent progressivement sur la prise en charge des personnes âgées et l’accueil des patients en soins de suite et réadaptation. A terme, près de 12 000 m2 seront exclusivement dédiés aux activités de Soins de Suite et de Réadaptation.

Une partie des lits est directement gérée par l’AP-HM afin d’assurer la qualité et la continuité des soins, une autre partie sera exploitée par un partenaire extérieur afin de lui permettre de compléter ses filières de soins locales. Jean-Pierre Albesano, Directeur Général de l’Union pour la gestion des établissements des caisses d’assurance maladie Provence-Alpes-Côte d’Azur Corse (Ugecam Pacac) et Jean-Paul Segade, Directeur Général de l’Assistance Publique – Hôpitaux de Marseille ont signé une convention d’occupation temporaire du domaine public. Cet accord permet à l’UGECAM Pacac d’installer et d’exploiter, sur le site des hôpitaux Sud de l’AP-HM, des unités d’hospitalisation (110 lits d’hospitalisation temps plein et 40 lits d’hôpitaux de jour) et un plateau technique de rééducation fonctionnelle.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.